lundi , 17 décembre 2018

Bah Oury :  »Nous allons assainir l’UFDG »

Mardi matin sur radio Espace Fm, Bah Oury, 1er Vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée a ouvertement reconnu l’exigence de divergences de points de vue entre lui et son président Cellou Dalein Diallo.

 

Déçu de la conduite des affaires par son président, Bah Oury, rappelle qu’il avait accepté l’ancien Premier ministre au sein du parti afin d’en faire un parti rassembleur et une force politique en mesure de conquérir le pouvoir.

 

Il est clair. Il ne partage plus la même vision que Dalein, celui pour qui il dit s’être investi pour qu’il devienne président de la République en 2010. Extraits de ses propos…

 

« Je ne suis pas d’accord avec les compromissions avec la gouvernance d’Alpha Condé dans le cadre de la violation systématique des lois du pays, de la violation des droits de l’homme et que notre parti n’a pas au niveau de sa direction pris les choses en main comme il le fallait. (…)Ce qui les intéressait c’est uniquement les élections. Enfin de compte tout ce que Alpha Condé a voulu il l’a obtenu.


Samedi dernier, des jeunes de l’UFDG ont fait une banderole pour réclamer la libération des détenus politiques. Ils ont étalé cette banderole au siège du parti. Et Elhadj Cellou Dalein Diallo a exigé que cette banderole soit enlevée. Quel mal y a-t-il que des jeunes de l’UFDG exigent à ce que les détenus politiques soient libérés et que monsieur Bah Oury rentre dans son pays ? Ceci veut dire qu’il y a une démarche qui n’est pas claire. (…) Je ne suis pas virulent. Je défends les droits de l’homme, les pauvres guinéens dont les droits sont bafoués. Ce qu’on a fait hier on l’assume.


J’ai dit que des gens donnent raisons aujourd’hui à Bah Ousmane d’avoir refusé d’accueillir Elhadj Cellou Dalein Diallo dans son parti. J’assume ce que j’ai fait. Est-ce qu’ils ont assumé correctement leur rôle en tant que président du parti ? En tant que chef de file de l’opposition ? Est-ce qu’ils ont été solidaires avec les personnes incarcérées ? Est-ce qu’ils ont été solidaires et loyal vis-à-vis de la cause ? Notre combat c’est le combat pour que la Guinée change. Nous voulons que le pays soit un pays de progrès et de réconciliation. Aujourd’hui Bah Oury est soutenu par les jeunes de Ratoma, de l’axe.


(…) Je suis un combattant. A l’intérieur de l’UFDG nous allons assainir le parti. En interne, le parti est en train d’affiner sa ligne démocratique, d’affirmer son identité pour le progrès, les droits de l’homme et la sécurité de tous les Guinéens. Ce n’est pas en quittant un parti qu’on doit changer les choses. Le combat se fait à l’intérieur d’un parti.


Monsieur Sidya Touré m’informe auparavant ou à chaque fois qu’il passe à Paris. On se retrouve, parfois on organise des manifestations publiques. Comment se fait-il que le président de l’UFDG passe 5 fois à Paris et ne pas daigner m’informer à l’avance comme ça se doit, pour qu’on se retrouve pour parler du parti ? Je ne peux pas être la deuxième personnalité d’un parti et que c’est au moment où on est à Paris qu’on dise je suis là. Je ne suis pas le petit garçon qu’on appelle comme ça. Je suis responsable légalement investi. Ayant une légitimité égale au sein du parti. Il y a des formes et des symboles qu’il faut respecter.


Je connais Diallo Sadakadji. C’est un homme courtois, courageux et qui est l’ami de Elhadj Cellou Dalein Diallo qui a décidé de se démarquer de sa politique parce qu’il estime qu’il n’est pas en mesure d’assumer correctement son rôle de chef de file de l’opposition et comme président de l’UFDG. Notamment par le manque de solidarité à l’égard des personnes incarcérées et à l’égard de son N°2. Je le soutiens (Diallo Sadakadji, ndlr) et je suis entièrement d’accord avec sa déclaration préliminaire. Mais moi je suis de l’UFDG, je le demeure et je resterai à l’UFDG jusqu’à la fin de ma vie’’.


Décryptage, Elie Ougna

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*