lundi , 6 juillet 2020

Presse : Les journalistes de l’Indépendant en grève pour non paiement de salaires

Les journalistes et collaborateurs du Groupe de presse L’INDÉPENDANT/ LE DÉMOCRATE sont en grève depuis le lundi 25 novembre 2013. Nos confrères protestent contre le non paiement de leurs arriérés de  salaires des mois d’octobre et novembre et aussi leur part de’’ gâteau’’ dans la subvention accordée à la presse privée par l’Etat pour l’année en cours.

Nos confrères du Groupe de presse L’INDÉPENDANT / LE DÉMOCRATE  ont boudé leur rédaction depuis le lundi 25 novembre. Les raisons de  leur colère est toute simple: ils réclament leurs salaires des mois d’octobre et de novembre, en plus de leur part dans la subvention allouée annuellement à la presse par le gouvernement. La dernière subvention remonte d’il y a trois semaines.

 

Depuis le mois d’octobre, les journalistes de l’Indépendant et du Démocrate disent  n’avoir perçu aucun centime de leur patron qui n’est autre  qu’ABOUBACAR SYLLA, président de l’UFC, député sur la liste de l’UFDG et  porte parole de l’opposition dite républicaine. «  Il y a deux mois que nous ne sommes payés. Malgré tout nous nous sommes mis à la tâche pour sortir les deux journaux par semaine. Nous avons serré la ceinture en attendant le paiement de la subvention.  Au paiement de cette  subvention, nous nous sommes dit que tout allait rentrer dans l’ordre, hélas ! Rien. Notre groupe de presse a eu 66 millions de nos francs dans la subvention. Hormis la subvention, les deux journaux font des recettes à travers les annonces et autres publicités…. », a confié notre source qui n’est autre que l’un des grévistes.

 

Une autre source nous cite que le directeur des publications MAMADOU DIAN BALDE a quant à lui fait preuve de »trahison »  en tentant maintes fois selon elle de diviser les grévistes, en plus de leur manquer de  respect.   Nos multiples tentatives pour joindre M. Baldé à son téléphone ont été vaines pour l’instant.Mais nous publierons sa version dès que nous l’aurons contacté.

 

Pour en revenir à Aboubacar SYLLA, le patron de L’INDÉPENDANT et de l’UFC, ses employés pensent qu’il devrait servir de  bon exemple, car disent-ils, il est l’un des plus critiques envers le gouvernement. M. Sylla devrait faire de sa priorité, : «  L’amélioration des conditions de vie et du travail des journalistes qui travaillent dans son entreprise ».

 

Les frondeurs estiment pour leur part que les  40% du montant alloué à la subvention de la presse devrait leur revenir, ajoutant que cette manne ne doit en aucun cas  servir des causes politiques.

Le groupe de presse L’INDÉPENDANT est devenu au fil des ans une ‘’institution’’. Elle a eu le mérite de former des jeunes gens qui par la suite ont occupé d’importants postes de responsabilité dont, des ministères, le Conseil national de la Communication, la direction du Bureau de presse à la présidence  de la république. Le groupe a au formé aussi de nombreux  correspondants internationaux de presse. Cependant, elle éprouve tout le mal du monde ces derniers temps à respecter sa périodicité hebdomadaire. L’indépendant est servi dans les kiosques le jeudi, tandis que le Démocrate parait le mercredi.

 

Alpha Camara

au Canada

Tel: 16137006322

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*