mardi , 18 février 2020
Flash info

Indexée comme exportatrice clandestine d’ailerons de requins la Guinée accuse

Accusée par l’organisme Oceana d’avoir exporter près de 50 kg de nageoires de requins interdits de capture vers Hong Kong l’année dernière sans aucune déclaration, la Guinée vient de réagir en déclinant toute responsabilité.

Le ministère guinéen de la pêche et de l’aquaculture estime que la pêche aux requins est majoritairement pratiquée par les pêcheurs artisans qui pêchent à cheval entre plusieurs pays de la sous-région. Ces pêcheurs artisans bénéficient des avantages de cette divagation, mais également de la faible considération que les services de surveillance accordent au contrôle des embarcations de  pêche artisanale en générale, selon le ministère dans un rapport consulté par Kaloumpresse.com.

Clairement, la Guinée accuse ainsi les pêcheurs traditionnels de se livrer à cette pêche aux requins et de l’exportation des nageoires vers les pays asiatiques.

Par ailleurs, le département affirme n’avoir reçu aucune demande de licence de pêche depuis 2012. Il ajoute enfin que la Guinée ne détient pas le record des débarquements de requins. Le document cite la Mauritanie (4.633t), le Sénégal (6.000t)  le Cap Vert (12t) et la Gambie comme têtes de liste des pays connus pour le débarquement d’un grand nombre de requins.

Toutefois, le ministère de la pêche indique que des mesures relatives à la mise en place d’un système de suivi et de contrôle des débarquements, l’instauration d’une licence spécifique pour la pêche aux requins, l’identification des espèces interdites de pêche sont prises pour contrecarrer le phénomène dans les eaux guinéennes.


Elie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*