samedi , 7 décembre 2019

Littérature : « Bandes des jeunes et émeutes urbaines en Guinée – Conakry » dans les rayons

« Bandes  des  jeunes et émeutes urbaines en Guinée – Conakry ». C’est l’œuvre littéraire qui vient de paraître chez Harmattan-Guinée. Dans cet ouvrage, l’auteur, Joschka Philips, en préparation d’une thèse de doctorat à l’University OF BASEL centre for African Studies, fait une analyse sociologique du comportement des jeunes de l’axe chaud de Conakry, appelé Hamdallaye-Bambéto-Cosa.

Dans un style clair et précis, l’auteur  parle en général du ghetto, et en particulier des clans et staffs. Il essaie de comprendre et d’analyser comment sont organisés ces jeunes et comment ils perçoivent leur situation politique. L’autre question qu’il analyse et aborde dans son livre est pourquoi les violences  politiques se substituent  souvent sur cet axe  routier de la capitale guinéenne depuis 2007.

 

 

Joschka  Philips  affirme qu’il faut comprendre  les milieux de la jeunesse avant de comprendre que les émeutes qui se font ne sont pas ethniques. Selon lui, il faut comprendre les perspectives  de ces jeunes qui se sentent abandonnés par leur famille et la société.

L’auteur Allemand indique que l’idée d’écrire «  »Bandes des  jeunes et émeutes urbaines en Guinée – Conakry » lui est venue après sa première visite en Guinée en 2009 alors que son thème de recherche portait  sur le cousinage de plaisanterie et la résolution des conflits. Les circonstances aidant, il fera connaissance avec Thomas Grovogui, une jeune du Ghetto, qui l’aidera à comprendre facilement sa vision.

Philips s’est intéressé au cours de son travail aux cinq communes de Conakry. Sa méthodologie aura été des interviews, des sondages des statistiques. ,Il dit n’avoir jamais rencontré des difficultés au cours de ses recherche. Cela s’explique, selon lui, par la collaboration de son ami Thomas Gorovogui, qui serait le plus écouté et le plus respecté de son groupe ».

L’œuvre littéraire (à lire, absolument) propose comme solution pour emmener ces jeunes à la raison, la stratégie d’approche, d’écoute et d’insertion de ces jeunes dans la société. Ces jeunes qui sont souvent manipulés parce que se sentant stigmatisés.   Le chercheur Philips balaie d’un revers de la main la thèse avancée par certains observateurs selon laquelle la misère serait à la basse de toutes ces revendications parfois violentes faites par ces jeunes de Hamdallaye-Bambéto et Cosa. Il en veut pour preuve, le fait que toutes les communes de Conakry croupissent dans la misère. « Ce n’est pas cela. Ils ont des idoles. Ils veulent devenir des rappeurs comme  2Pac, Puff Dady  etc. et cela pose un risque politique dans ces milieux », avance-t-il. Estimant que « tout  le monde doit apporter quelque chose pour qu’il y a moins de politisation ».


Bio Express

Joschka  Philips  est de nationalité allemande. Né en 1984 il arbore des diplômes en sociologie, science politique et psychologie d’universités allemandes et américaines. Dès 2008 il effectue des recherches à Kapanla (Ouganda) sur « Le néocolonialisme et les élites ». Puis il enchaîne, avec des activités dans plusieurs organismes internationaux dont le BIT à Genève, le Réseau d’emploi en Guinée etc. Ce jeune allemand de 29 ans a pris la direction de la Guinée en 2009  où il travaille dans l’ONG Search for  Common Ground.

 

Zézé Enéma Guilavogui
+ 224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*