samedi , 25 janvier 2020

Conakry : Des journalistes guinéens marchent en hommage à Ghislain et Claude

A travers une marche, des journalistes de la presse guinéenne ont  rendu un vibrant hommage jeudi aux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon assassinés le 4 novembre à Kidal dans le nord du Mali.

 

La marche, initiée par le Club des amis de la Maison de la Presse (CAMP) a débuté sur l’Avenue de la République, auprès  du siège de la BADAM à 9h. Vêtus de t-shirts blancs estampillés du slogan : « Halte à l’assassinat des journalistes », les journalistes guinéens ont effectué la marche sur une distance d’environ 700 mètres, jusqu’à l’ambassade de France à Conakry. Dans les rangs, les hommes de la presse lâchaient par moments : « Vive la Liberté d’Expression », « A Bas l’assassinat des Journalistes ».

Devant l’ambassade de France sur le Boulevard du commerce, il est revenu à Daouda Taban Sylla, président du Club des amis de la Maison de la Presse de livrer le contenu d’un message élaboré par son association. Il a souligné que cette marche, organisée avec l’appui de la Maison de la presse de Guinée, est une façon pour le groupe  de signifier une dynamique confraternité entre les journalistes de la RFI et ceux de la Guinée. Car, selon lui,  il suffit que deux journalistes se croisent pour  qu’une famille se forme immédiatement.

Poursuivant ses propos, il a précisé que  ce double assassinat ignoble a indigné les journalistes guinéens, mais ne les a pas amortis. D’après lui, quelque  soit  ce qui arrivera à la presse, ils ne baisseront pas  les bras. « Ces deux journalistes, tombés sur le champ d’honneur micro, carnet et plume à la main, ne sont pas morts. Ils sont, et ils  resteront toujours dans nos pensés par tout où le temps nous permettra d’exercer ce métier  aussi noble et précieux », a martelé Sylla.

Le CAMP rend hommage à Ghislaine Dupont et à Claude Verlon parce qu’il estime que ce qui est arrivé à ces deux journalistes peut arriver à tout le monde.  L’organisation a invité les autorités  civile et militaire à apporter une assistance sécuritaire aux journalistes dans l’exercice de leur métier.

L’ambassade de France en Guinée s’est déclarée sensible à la solidarité affichée par les journalistes guinéens.

Zézé Enéma Guilavogui
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*