mardi , 21 janvier 2020

Cellou Dalein Diallo : « Je serai candidat en 2015, si… »

Cellou Dalein Diallo, leader de l’opposition Guinéenne a été l’invité de l’émission politique de la TFM lundi soir. Lors de cet entretien, il a laissé entendre que des anomalies ont été notées lors des élections législatives du mois de septembre dernier.

 

L’opposition guinéenne organisée autour de l’UFDG, son parti,  a rejeté en bloc les résultats proclamés par la CENI parce qu’émaillés d’irrégularités flagrantes. « Ces élections ont été une grande farce et nous avons été victimes d’une fraude massive de la part du pouvoir dirigé par le professeur  Alpha Condé ».

« Nous avons des éléments  probants qui montrent que le scrutin a été truqué par le pouvoir actuel. Non seulement le recrutement de l’opérateur de saisi Sud-Africain a été fait sur des bases opaques, ne respectant aucun critère de transparence, mais également les recommandations de la communauté internationale n’ont pas été respectées ».

Sur la validation par la cour suprême  des résultats proclamés par la CENI, Cellou Dalein Diallo a critiqué  la cour suprême qui est aux ordres d’Alpha Condé et montré son peu de confiance aux hommes qui sont à la tête de cette cour.

Cellou Dalein a également fait de graves révélations à l’endroit des autorités en place qui ont commis des exactions à l’endroit de l’opposition Guinéenne  avec plus de 50 militants de l’UFCG tués depuis l’année dernière. Il a dénoncé l’impunité qui sévit actuellement en Guinée et la violation continue des droits de l’homme avec la restriction des droits des personnes.

Pour lui, l’opposition Guinéenne a montré son attachement à la paix sociale et la stabilité du pays en mettant en avant le dialogue et le consensus, mais le pouvoir d’Alpha Condé viole  allégrement les  lois et règlements de la Guinée.

« Il faut reconnaitre le mérite d’un président comme Lansana Conté qui a  fait des efforts considérables pour la Guinée et qui a réussi à mettre le pays sur les rails du progrès. Tout le contraire  d’Alpha, qui à cause de son manque d’expérience, attribue  ses échecs actuels et à venir à ses prédécesseurs », a-t-il laissé entendre.

La diversité ethnique de la Guinée devrait constituer un élément de réunification et non de division. « J’ai toujours eu un discours républicain, je n’ai jamais exclu un guinéen de l’UFCG sur la base de critères ethnicistes, je juge l’homme sur la base de ses compétences. Un pays doit être uni. La différence ethnique au lieu de nous diviser doit être un signe de richesse et de rassemblement ».

Pour les élections de 2015, si je suis investi par mon parti, je serai candidat  et ce sera l’occasion de présenter un programme, rassembleur, pour restaurer la confiance  entre la république et le peuple de Guinée.

Je vais continuer le combat pour le peuple, pour la guinée et les Guinéens. Il faut que la Guinée sorte de la médiocrité.  Mon plus grand rêve, mon souhait, voir demain le monde entier courir vers la Guinée.

Dakaractu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*