dimanche , 8 décembre 2019

Une de «Minute» sur Taubira: Ayrault saisit le Procureur de la République

Publiée ce mardi sur le site Internet de l’hebdomadaire, la couverture qui titre «Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane» a suscité des réactions d’indignation dans les rangs du PS comme à l’UMP…

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a saisi mardi le procureur de la République de Paris au sujet de la une de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute sur Christiane Taubira, a annoncé Matignon dans un communiqué. Jean-Marc Ayrault a saisi le procureur de la République «en application de l’article 40 du code de procédure pénale» afin «de porter ces faits susceptibles de constituer l’infraction d’injure publique à caractère racial», précise le communiqué.

Dans son édition à paraître mercredi, Minute reprend en Une les injures racistes dont la ministre de la Justice a déjà été victime. «Maligne, comme un singe, Taubira retrouve la banane», titre l’hebdomadaire d’extrême droite.

Plus tôt dans la soirée, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a annoncé que le gouvernement étudiait les «moyens pour agir contre la diffusion» du journal. «Nous devons étudier dans les heures qui viennent les moyens que nous pouvons prendre pour agir contre la diffusion de ce journal. Nous ne pouvons pas laisser passer cela», a déclaré à la presse Manuel Valls, en marge d’un colloque à l’Assemblée nationale sur les réponses à apporter face à la montée du FN.

Jeudi 17 octobre, dans un reportage d’«Envoyé Spécial», l’élue FN Anne-Sophie Leclere commentait – et assumait – un photomontage mis sur son compte Facebook comparant la garde des Sceaux à un singe. Une insulte raciste réitérée par l’hebdomadaire d’extrême droite Minute dont la une de l’édition du 13 novembre titre: «Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane».

La publication ce mardi de la couverture sur le site internet du journal a déclenché de vives réactions politiques, tandis que l’entourage de Christiane Taubira, contacté par le Lab, affirme que la ministre ne portera pas plainte car ce serait «faire augmenter les ventes de l’hebdomadaire de 10%».

«Nous assumons cette Une, c’est satirique»

Qualifiant cette une d’«absolument intolérable et abjecte», SOS racisme a annoncé son intention de porter plainte contre le journal d’extrême droite pour incitation à la haine raciale. «Scandalisée», l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a pour sa part demandé «au procureur de la République de Paris d’engager des poursuites pour provocation à la haine raciale».

«Si des associations veulent le monter en sauce, c’est leur problème», a réagi la porte-parole de Minute, Hélène Valette. Nous trouvons que c’est indécent, il y a plein d’autres problèmes dans ce pays.» «Nous assumons cette Une, c’est satirique, personne ne s’offusque des Unes de Charlie Hebdo», a-t-elle ajouté.

Une «grande manifestation» contre le racisme

Sur LCI, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris a appelé à une «grande manifestation» mobilisant «tous les républicains» contre le racisme. «Il faut faire deux choses: la première, évidemment, aller devant les tribunaux. Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit». «Deuxième chose, il faut qu’on fasse une grande manifestation. Est-ce que ça doit être une grande réunion à la Mutualité ? Est-ce que ce doit être une manifestation dans différentes villes de province ? Mais toutes les forces de gauche et républicaines doivent dire maintenant: « Ça suffit »».

Dans les couloirs de l’Assemblée, Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a appelé à «une condamnation qui relève d’une bien autre dimension que la condamnation politique: il faut que la société fasse un rempart contre ces extrémismes, contre ces caricatures». Il a fustigé «cette extrême droite qui croit avoir le vent en poupe et donc se permet tout, parce qu’elle est relayée par une force politique qui n’a pas changé (…) Dans ces moments difficiles pour les Français, on voit toujours réapparaître l’extrême droite sous sa même forme: la caricature».

Eric Ciotti (UMP): «Une provocation, une dérive»

Eric Ciotti, député UMP, condamne également la Une de Minute, qui le «choque». «C’est une provocation, une dérive, je la condamne. Le racisme n’a aucune place dans le débat politique. Mais je mets aussi en garde la majorité sur les tentatives de récupération de ces sujets. Lorsqu’on veut les exploiter politiquement, on les entretient aussi» .

Thierry Mandon, le porte-parole des députés socialistes estime qu’il faut «immédiatement porter plainte – je ne sais pas qui doit le faire. C’est une incitation au racisme. Je pense même qu’on peut imaginer un référé suspension de ce numéro». «Ceux qui se comportent de cette façon et qui essaient de tirer des bénéfices économiques par des ventes qu’ils espèrent nombreuses, de telles insultes raciales doivent payer».

Plus tôt dans la journée, le Premier Secrétaire du PS Harlem Désir s’était exprimé sur Twitter:
« Révolté par l’ignoble Une de Minute sur Taubira. Ça suffit le racisme et l’extrémisme ! Ce numéro doit être saisi. Républicains debout ! »

avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*