samedi , 16 février 2019
Flash info

TPI de Kaloum : Un agent de joueur jugé pour escroquerie

De plus en plus de jeunes guinéens rêvent de jouer au football de haut niveau. Devant leur petit écran, ils caressent l’espoir d’opérer des matchs d’anthologie aux côtés de CR7, Messi, Neymar, Eto’o ou encore Ribéry. Dans la plupart des cas, le rêve est brisé à mi-chemin.

Le jeune Soumah fait partie de ce lot. Il y a quelques années, son père Elhadj Alhouseny Soumah, domicilié au quartier Téminetaye, commune de Kaloum, le confie à Alhassane Condé. Ce dernier est présenté comme « agent de joueurs Fifa » et entraineur d’équipes de football en Guinée. La famille Soumah demande à Condé de déployer toute sa force pour faire de son fils un footballeur professionnel, évoluant en Europe. Surtout que sur les terrains de Kaloum, on apprécie déjà les qualités techniques du jeune-homme.

Condé promet d’offrir son service moyennant 20 millions de francs guinéens. Le montant est jugé trop important. Les négociations s’engagent. Les deux parties (Alhassane Condé et la famille Soumah représentée dans l’affaire par Elhadj  Alhouseny Soumah) tombent d’accord sur 15.500.000 francs guinéens. Marché conclu. Une avance de 8.000.000 francs guinéens est versée, selon « l’agent Fifa ».

Pour la suite de l’aventure, Alhassane Condé, aujourd’hui poursuivi par la famille Soumah pour « escroquerie » s’envole avec le jeune Soumah. Destination, Bamako. Lors de sa comparution devant le Tribunal de Première Instance (TPI) de Kaloum, mardi 12 novembre, il explique avoir présenté son protégé à des détecteurs de talents dans la capitale malienne. »Les recruteurs n’ont retenu que trois joueurs après le premier test. Malheureusement l’enfant n’a pas été retenu », dit-il.

Alhassane Condé soutient avoir annoncé cet échec à son frère, un certain Issiaga Bangoura qui a joué la l’intermédiaire dans l’affaire. Celui-ci lui aurait conseillé de garder l’enfant. « J’ai négocié pour le maintien du petit dans le Centre de formation pour un an et demi, le temps d’une autre détection. Malheureusement le moment venu, il est tombé malade ce qui m’a  amené à leur dire que j’arrête », affirme Condé qui dit avoir entrainé les clubs Hafia FC et Baraka Football Club.

Après ce second échec, le jeune Soumah regagne Conakry. Son père ayant pris son transport retour en charge. « Je ne pouvais pas continuer à financer comme ça. (…) Je n’ai  jamais  rassuré ses parents, mais je leur disais toujours que s’il réussissait au test,  il ira jouer en Europe. J’ai même dépensé plus que ce que j’ai reçu  du père de l’enfant », plaide l’accusé. Il estime être mal récompensé par une famille qui lui a d’abord adressé ses remerciements après le retour du jeune Soumah au pays, avant de le trimballer en justice pour escroquerie.

Quant à l’intermédiaire Issiaga Bangoura, 53 ans, poursuivi pour « complicité » il explique  avoir été approché par Elhadj Alhouseny Soumah qui cherchait de l’aide pour faire de son garçon un excellent footballeur. « A mon tour,  j’ai pensé à Condé qui est à mesure de m’aider », raconte cet ingénieur bâtiment.

Le tribunal a renvoyé l’affaire au mardi 19 novembre pour la comparution de la partie civile.

Serianne Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*