lundi , 12 avril 2021

Affaire BSGR – IST – Guinée : Rachel Lindon sollicite l’intervention de Blair (Exclusif)

Rachel Lindon, l’avocate au barreau de Paris et de Madrid qui assure la défense d’Ibrahima Sorry Touré et d’Issiaga Bangoura dans le dossier qui les oppose à l’Etat guinéen a écrit à l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair sollicitant l’intervention de celui-ci pour la libération de ses clients.

Madame Lindon affirme dans une lettre datée du 9 novembre et dont Minesdeguinee.com a pu se procurer une copie que Bangoura et Touré, emprisonnés respectivement depuis le 16 et le 19 avril sont « détenus illégalement ». Elle attire l’attention de Tony Blair sur une décision de la Cour d’appel de Conakry datée du 6 août qui ordonne leur mise en liberté provisoire. Décision qui, selon elle, reste à ce jour non exécutée.

L’avocate précise dans son courrier que les conseils des deux hommes ont dénoncé leur arrestation arbitraire, leur détention illégale ainsi que l’absence d’une justice impartiale. Elle ajoute à cette liste déjà longue ce qu’elle appelle  la violation des droits des interpellés.

Le collectif des avocats des deux collaborateurs de BSGR a porté plainte contre l’Etat guinéen devant la Cour de justice de la CEDEAO le 4 novembre pour contraindre la Guinée à respecter ses lois.

Lindon rappelle dans sa lettre qu’Issiaga Bangoura, 38 ans, est malade et menacé de cancer dans la mesure où il ne suit plus correctement son traitement. « Depuis le 9 octobre, Bangoura a été transféré à l’hôpital Ignace Deen où les médecins ont recommandé le 23 octobre son évacuation sanitaire dans une structure chirurgicale bien équipée’’, souligne-t-elle.

Souhaitant que Tony Blair soit sensible à sa lettre, Rachel Lindon qui rappelle une nouvelle fois que l’Etat guinéen est en train de violer les droits des prévenus, demande à l’ancien chef du gouvernement britannique d’intervenir pour mettre un terme à « la parodie de justice » dont ses clients sont victimes.

Rappelons qu’Ibrahima Sorry Touré et d’Issiaga Bangoura ont été interpellés à Conakry en Avril après l’ouverture d’enquêtes sur les présumés versements de pots-de-vin par BSGR avant l’obtention des blocs 1 et 2 du riche gisement de fer de Simandou dans le sud-est de la Guinée.

Me Dinah Sampil, avocat guinéen qui assure la défense des deux accusés a estimé que leurs clients sont innocents car n’occupant aucun poste de responsabilité dans le gouvernement au moment des faits.

Minesdeguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*