lundi , 18 novembre 2019

AQMI revendique l’assassinat des deux envoyés spéciaux de RFI au Mali

Des activistes islamistes liés à Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ont revendiqué le meurtre des deux envoyés spéciaux de RFI tués samedi dans le nord du Mali, rapporte, mercredi 6 novembre, le site Internet mauritanien d’informations Sahara Medias. En réaction, l’Elysée a déclaré que ces crimes ne resteront « pas impunis quels qu’en soient les auteurs ».

AQMI affirme que ces assassinats sont une riposte aux opérations militaires des forces françaises et africaines en cours dans le nord du Mali, qu’elle qualifie de « crimes quotidiens commis par les Français contre les droits des Maliens et de l’action des forces africaines et onusiennes contre les musulmans dans l’Azawad [terme utilisé par les Touareg pour désigner le nord du Mali] ». Les djihadistes avancent également que l’assassinat des deux envoyés spéciaux français n’est qu’une petite part de « l’addition que paiera le président français Hollande et son peuple pour cette nouvelle croisade ».

Abdallah Mohamedi, patron de ce site Internet auquel des islamistes actifs au Mali transmettent régulièrement des communiqués, dit avoir reçu cette revendication dans un courriel adressé par des combattants obéissant à Abdelkrim Al-Targui. Ce Touareg était proche d’un des principaux chefs d’AQMI au Mali, Abou Zeid, tué en début d’année lors de l’offensive militaire tchadienne et française dans le massif des Ifoghas (extrême nord-est du Mali).

Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés puis tués samedi à Kidal alors qu’ils venaient de réaliser une interview avec un représentant des rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*