samedi , 19 janvier 2019

La Guinée cherche des partenaires pour la gestion du Grand Hôtel de l’Indépendance

L’Etat guinéen a annoncé lundi être à la cherche de partenaires pour la gestion du Grand Hôtel de l’Indépendance – Novotel, le plus grand hôtel du pays, après le départ du groupe ACCOR.

« L’Etat guinéen, conscient de tous ces problèmes, est entrain de chercher des partenaires soit pour la gestion, soit pour réinvestir dans le bâtiment », a dit le directeur général adjoint de l’infrastructure hôtelière Ibrahima Capi Camara. « L’hôtel n’a plus de partenaire et son nom actuel est Grand Hôtel de l’Indépendance. Il n’a pas de nouveau partenaire, et le choix des nouvelles autorités actuelles est que l’hôtel soit géré  dans les normes les plus absolues », a-t-il affirmé pendant une conférence de presse.

Mi-octobre, le directeur général de l’hôtel, Vincent Delesalle, a annoncé que l’hôtel ne relève plus de la gestion opérationnelle et commerciale du groupe ACCOR. Raison évoquée, fin du contrat de management entre cette société et la partie guinéenne.  « Pour ces raisons, et après cette échéance, le groupe ACCOR ne pourra plus garantir les termes de l’accord en vigueur entre nos deux entités et de ce fait, ne pourra plus être tenu pour responsable des offres commerciales qui vous seront faites dans le futur », avait-il dit.

Selon Camara, le GHI reste ouvert malgré le départ du partenaire et de sa marque « Novotel ».  Il indique que les autorités actuelles avec en première ligne, le ministre du Tourisme Lounceny Camara, ont insisté afin de mieux savoir comment l’hôtel était géré.  « On n’a pas de bénéfices. Nous avons demandé d’auditer les comptes et sur ce, les partenaires ont dit qu’ils ne seraient pas d’accord. Ils disent en outre qu’ils ont une équipe d’audit en interne. Pourtant le contrôle doit être fait par une cellule extérieure, totalement indépendante des actionnaires qui sont dans la société ».

D’après le directeur général adjoint, quant il avait décidé de faire l’audit de l’hôtel, certains ont proposé de tourner la page. Ces derniers temps, l’hôtel, tournait autour d’un taux de 50 à 60% de recette contre une recette journalière de 200 millions de francs guinéens au départ.


Zézé Enéma Guilavogui
+224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*