dimanche , 5 avril 2020

Guinée : L’opposition veut de nouvelles élections plus « transparentes et sécurisées »

L’opposition républicain a décidé mercredi de maintenir la pression en exigeant une nouvelle fois l’annulation des élections législatives de fin septembre en raison des « irrégularités notées » et l’organisation d’un nouveau scrutin « plus transparent et sécurisé ».

 

Le groupe a décidé de maintenir son exigence à l’issue d’une réunion tenue à la résidence de l’opposant Sidya Touré au quartier Minière. La réunion avait pour ordre du jour l’examen des communiqués publiés ces derniers jours par les partenaires de la Guinée. Notamment celui de la Communauté internationale daté du 8 octobre dans lequel ses représentants fustigent des irrégularités dans seulement 8 circonscriptions électorales du pays et recommandent à la CENI de dresser un rapport circonstancié sur chacun des cas d’irrégularités et les transmette à la Cour Suprême après la proclamation des résultats provisoires.

 

L’opposition estime que ce chiffre est nettement inférieur eu égard à la réalité du scrutin législatif du 28 septembre. « Nous déplorons que les irrégularités qui ont été soulevées se cantonnent uniquement dans 8 circonscriptions, ne tenant pas compte de ce que nous avons tous observé en « Forêt » dans d’autres villes comme Guéckédou, Macenta, Yomou », a souligné l’ancien Premier ministre et président de l’UFR Sidya Touré.

 

Touré a aussi mis en exergue les résultats du vote en Haute Guinée, fief du président Alpha Condé, pour indiquer qu’ils ne reflétaient pas la réalité. « En Haute Guinée, comme vous le savez, des scores soviétiques nous ont été livrés dans des zones comme Mandiana où 97% des électeurs ont voté sans qu’il n’y ait ni d’absents, ni de morts, ni d’annulations. Ce genre de chose est de nature de mettre en doute sérieusement ce processus dans cette zone. Non seulement à Mandiana, mais Kankan et à Siguiri », a dit Touré.

 

« Nous continuons de maintenir notre position en demandant toujours l’annulation de ce processus électoral et la possibilité pour les Guinéens de mieux s’exprimer dans des conditions plus transparentes, plus sécurisées, plus stables, plus acceptables par tous », a-t-il conclu.

 

La mouvance présidentielle a déclaré un peu plutôt dans la journée que si les élections ont été émaillées d’irrégularités, celles-ci ont bien profité à l’opposition. Albert Damatang Camara, porte-parole du gouvernement a justifié leur position en affirmant que 6 des 8 circonscriptions citées par la communauté internationale comme ayant enregistré des manquements ont été remportées par l’opposition.

 

Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*