samedi , 4 avril 2020

Guinée : Enfin le duel Opposition Vs Communauté internationale ?

Après avoir réclamé à corps et à cris un médiateur international (sans doute celui en qui ils avaient confiance) voila que les leaders de l’opposition républicaine décident de suspendre leur participation au comité de suivi placé sous l’égide de l’Algérien Saïd Djinnit dûment mandaté par les Nations-Unies.

L’opposition a-t-elle ouvert un second front? A-t-elle décidé, enfin, d’affronter et le pouvoir et la communauté internationale ? Les questions méritent bien d’être posées. Et de toute évidence, une réponse affirmative ne serait pas hasardeuse.

L’annonce faite vendredi dernier d’annuler les élections législatives du 28 Septembre avait pris de court les Guinéens dans leur ensemble et la communauté. Personne n’avait vu le coup venir. En dépit des imperfections signalées par les observateurs de l’Union européenne, l’Union africaine, la CEDEAO, nul n’avait songé à une annulation du vote. D’ailleurs, l’Union africaine et la CEDEAO qui se sont exprimées sur la question ont plutôt rassuré de la « validité du scrutin malgré les imperfections à corriger dans le temps ». Aucune œuvre humaine n’est parfaite, pourrait-on être tenté de résumer.

Le vote du 28 Septembre n’a certes pas été très parfaite. Mais s’il a été l’une des élections ayant nécessité plus de compromis de la part du pouvoir, il convient aussi de noter qu’il est sans doute l’une des plus transparentes de l’histoire de la Guinée. Puisqu’elle aura permis à des opposants comme Jean-Marie Doré de sortir victorieux à Lola, sa ville natale. Ce qui n’a jamais été le cas, même s’il a toujours crié au tripatouillage dans cette localité.

 

En exigeant la semaine dernière l’invalidation de la consultation électorale, les diplomates accrédités à Conakry, avec en appui, Saïd Djinnit, Représentant du secrétaire général de l’ONU, avaient entamé une série de discussions pour amener l’opposition républicaine à de meilleurs sentiments et à comprendre que la Guinée n’a pas que les législatives à organiser dans sa vie. Ils s’attelaient surtout à bannir le terme « annulation » de son jargon. D’ailleurs la dernière réunion du comité de suivi n’en fait pas cas. Dans son compte rendu, Djinnit s’est plutôt attelé à appeler tous à l’apaisement, au patriotisme et à un sursaut national pour sauver la paix. Sans penser que le prochain front qui sera ouvert lui sera destiné.

 

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com


—————————–

Note de la Rédaction : Cellou Dalein Diallo (président de l’UFDG) et Alexander Laskaris (Ambassadeur des USA en Guinée)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*