mardi , 1 décembre 2020

Guinée: des élections « dans le calme » malgré des « carences organisationnelles » (UE)

Les Guinéens « ont exprimé dans le calme leur volonté de mettre fin à la transition », lors des législatives de samedi, malgré d' »importantes carences organisationnelles », a déclaré lundi à la presse la Mission des observateurs de l’Union européenne (UE). Ces « carences » étaient liées notamment « au manque fréquent de matériel » électoral et à l’utilisation parfois d’une encre non indélébile, a précisé le chef de cette Mission, Cristian Preda, au cours d’une conférence de presse à Conakry.

Il a relevé que le report des législatives du 24 au 28 septembre n’avait pas permis de mettre en oeuvre toutes les mesures recommandées par la communauté internationale pour corriger les dysfonctionnements dans le processus électoral, à cause, notamment, d’un « manque de transparence » de la Commission électorale.

« Le report de quatre jours du scrutin (…) n’aura permis de mettre en oeuvre que très partiellement et trop tardivement les mesures correctives annoncées par la Céni », la Commission électorale nationale indépendante, a déclaré M. Preda.

« La désorganisation, le manque de transparence et de communication de la Céni n’ont pas permis d’envisager une issue à tous les points de blocage ayant conduit à un nouveau report du scrutin, dans les conditions optimales », a-t-il ajouté.

Les législatives, ajournées plusieurs fois depuis près de trois ans, avaient été reportées au 28 septembre après des menaces de l’opposition de ne pas y participer si des correctifs n’étaient pas apportés.

L’opposition reprochait à la Céni d’avoir adopté un fichier et un découpage électoraux qu’elle juge favorables au pouvoir.

Le report devait permettre à la Céni de mettre en oeuvre des recommandations issues de pourparlers entre l’opposition et le pouvoir, sous l’égide de la communauté internationale.

Mais selon l’UE, l’affichage des listes électorales, une des recommandations, « a été réalisé sur la base d’un fichier (non) épuré » et « toutes les demandes d’inscription et de révision n’ont pas été prises en compte ». Et la distribution des cartes d’électeurs a révélé « l’existence de doublons, d’électeurs omis et déplacés ».

Plus de cinq millions de Guinéens étaient appelés à élire 114 députés.

Les premiers résultats officiels provisoires des législatives étaient attendus lundi dans la tension, après des incidents survenus à la fin de la campagne électorale dans la banlieue de Conakry et qui avaient officiellement fait un mort et plus de 70 blessés.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*