vendredi , 25 septembre 2020

Les rastas veulent marcher ce vendredi pour appeler à la paix

Les ténors du mouvement rasta en Guinée, essentiellement composés de Takana Zion, Elie Kamano, Ras Condel, Dady Cool, ont appelé jeudi à l’organisation d’une marche pacifique vendredi, à Conakry, pour inviter les acteurs politiques guinéens à la paix et à la retenue à la veille des élections législatives.

Les artistes affirment avoir décidé de marcher avec leurs fans pour interpeller les décideurs guinéens et l’ensemble des acteurs politiques sur la menace qui pèse sur la stabilité et la paix en Guinée.

La marche va débuter  9h à l’esplanade du stade du 28 septembre jusqu’aux portails du Palais de la présidence Sèkhoutoureyah.

Appelant leurs fans à arborer des T-shirts et des mouchoirs blancs, les rastas veulent également lancer un message à l’endroit des occidentaux qu’ils accusent de semer la zizanie entre Africains, à chaque fois, pour ensuite exploiter leurs ressources.

« J’ai vécu dans un pays qui a connu la guerre, la Sierra Leone. Quand ça commençait, c’était comme ça. Je ne veux pas que cela se passe ici. Il y a des gens qui veulent la Guerre en Guinée pour qu’ils volent nos diamants et or. On a pigé cela et on a décidé de faire une marche. On marche pour la paix, nos mamans et nos enfants. La Guinée est le seul pays en Afrique de l’Ouest qui n’a pas goûté à la guerre », a indiqué Dady Cool, ajoutant que ce sont « les babyloniens qui veulent voler » les richesses guinéennes.

Élie Kamano qui dit avoir fumé le calumet de paix avec Takana Zion ajoute que la marche n’a aucun but politique. « Il ne faut pas que des gens viennent avec des t-shirts teintés de couleurs RPG, UFDG ou UFR. C’est un mouvement citoyen et on a besoin des Guinéens », dit-il.

Dans cette même lancée, Takana Zion, en langue Sousou, indique que tous les Guinéens sont égaux. Selon lui, ils s’unissent, enfin, pour montrer à la Guinée que seule l’unité est meilleure. « Nous sommes tous des Guinéens et personne ne peut tromper son prochain. Nous ne pouvons pas vivre dans un même pays sans nous respecter mutuellement », confie-t-il.

Elie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*