lundi , 26 août 2019
Flash info

N. Y. Kiridi Bangoura : Les talents d’un négociateur (Contribution)

Négociateur en chef de la Mouvance présidentielle, le Ministre, secrétaire général à la présidence de la République, Naby Youssouf Kiridi Bangoura vient de nouveau attirer tous les projecteurs sur ses talents de négociateurs, dont le parti au pouvoir ne cache plus sa fierté de l’avoir dans ses rangs. Durant le week-end, son nom et ses qualités de négociateur ont animé les débats dans la quasi-totalité des milieux politiques guinéens.

Lors du dialogue politique inter-guinéen, l’opinion nationale a reconnu qu’il a fallu son secours à ses pairs du RPG-Arc-en-ciel pour limiter les dégâts face aux chefs de file de l’opposition guinéenne, des anciens Premiers ministres des précédents régimes. Bien qu’il s’agisse désormais d’un exercice auquel Naby Y. Kiridi Bangoura est habitué, le dernier acte du Ministre secrétaire général du Président Alpha Condé mérite une mention spéciale. Selon ses pairs, grâce à lui, ils ont obtenu un report du scrutin n’excédent pas quatre (4) jours, « il faut respecter le Ministre Kiridi Bangoura… », confie le coordinateur du Bloc de l’opposition constructive (BOC) à un confrère de la presse privée.

Depuis plusieurs jours, l’opposition dite républicaine évoquait l’éventualité d’un report du scrutin législatif. Aujourd’hui, c’est chose faite. Mais qui s’attendait à ce que ce report n’excède pas une semaine, à plus forte raison quatre (4) petits jours, quand on sait que les précédents reports ont pris des mois et des mois avant une nouvelle date. Cette fois-ci, du 24 septembre, comme initialement prévu, les élections législatives auront finalement lieu le samedi 28 septembre, jour anniversaire du NON à la communauté française.

Ces prouesses, N.Y. Kiridi Bangoura les doit à son humilité. Face aux ex-Premiers ministres, notamment Cellou Dalein Diallo (UFDG) et Sidya Touré (UFR), les discussions sont dures sur le fond, mais fraternel et courtois sur la forme. Il en est ainsi à chaque occasion ; suite à des débats, parfois houleux entre les lieutenants de la Mouvance et de l’opposition, le dernier mot revient toujours aux ex-Premiers ministres, devenus opposants, et surtout à lui, Kiridi Bangoura, au nom de la Mouvance présidentielle pour prendre les décisions finales. Pour preuve, ce sont les trois hommes (Cellou, Sidya et Kiridi) qui ont quasiment décidé de la date du 28 septembre pour l’organisation des législatives, tant attendues.

Faut-il ignorer ses précédentes prouesses de négociateurs en chef de la Mouvance face à l’opposition ? La classe politique, notamment le RPG-Arc-en-ciel et ses alliés n’ont pas encore oublié ses actions de Superman (être là, quand on a besoin de lui) pour finaliser l’Accord politique globale du 3 juillet dernier qui avait sanctionné le dialogue politique inter-guinéen, sous la médiation d’un collège de facilitateurs, dont l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, son représentant spécial en Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit. L’on se rappel encore d’un article sur la toile, affirmant que le Président de la République a été obligé de le faire revenir de sa plantation dimanche 2 juillet 2013 pour sauver la Mouvance. Ce, au moment où les émissaires de la Mouvance étaient en passe de tous lâcher sous l’influence, notamment de Lansana Kouyaté (PEDN).

Il a encore fallu le Ministre Kiridi Bangoura pour sauver la CENI, lors des discussions sur le volet technique du processus électoral (révision du fichier électoral) en mai 2012. Discussions menées à l’époque sous la supervision de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), le 21 mai à Conakry. En séjour à Dakar pour des raisons de santé, le Ministre secrétaire général de la présidence à été obligé de suspendre son traitement médical, à la demande de son patron, le Président Alpha Condé, pour regagner d’urgence Conakry, le 20 mai, afin de diriger ces travaux.

Parler des prouesses de négociateur de cet ex-Ministre de la République à plusieurs reprises sous les précédents régimes (Administration du territoire et décentralisation en 2004-2006, Enseignement technique et formation professionnel en 2006, Jeunesse, sports et culture en 2006-2007) n’est pas un exercice aisé.

 

Depuis l’avènement au pouvoir du Pr. Alpha Condé, celui qui avait été son directeur adjoint de campagne, lors de la présidentielle de 2010, ne cesse de mériter la confiance placée en lui par le premier magistrat du pays. D’abord, chef de cabinet avec rang de Ministre, le Président de la République a désigné Naby Youssouf Kiridi Bangoura porte-parole de la présidence par un décret le 13 décembre 2011. Sa disponibilité et ses compétences au service de la nation lui ont valu le renouvellement de la confiance du Chef de l’Etat qui, depuis décembre dernier, l’a nommé Ministre, secrétaire général à la présidence, au lendemain du mini-remaniement du Gouvernement de novembre 2012.

A cette allure, il renforce son rôle de métronome dans l’atmosphère Arc-en-ciel autour du Président de la République. Si ce dernier devrait demander un second mandat au peuple de Guinée, il pourra compter sur lui.

Cheick Ah. Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*