lundi , 10 août 2020

Rabroué par Dadis en 2009 l’ex-ambassadeur d’Allemagne révèle: « Notre bagarre a été le début de sa fin »

Karl Prinz Franz, ex-ambassadeur d’Allemagne en Guinée, qui a eu des échanges peu diplomatiques en 2009 avec le capitaine Moussa Dadis Camara a déclaré, dans un entretien paru mercredi dans l’Intelligent d’Abidjan, que sa « bagarre avec Dadis a été le début de sa fin ».

« De 2006 à 2011, j’étais ambassadeur de l’Allemagne en Guinée-Conakry. En 2008, le capitaine Moussa Dadis Camara fait un coup d’Etat militaire. Il promet aux Guinéens, qu’il ne prendra pas part aux élections présidentielles. Mais le capitaine Moussa Dadis Camara gagnait du terrain et commençait à s’exprimer sans retenue politique et inquiétait le corps diplomatique accrédité à Conakry. C’est pourquoi au cours d’une rencontre avec les ambassadeurs, j’ai demandé au capitaine Moussa Dadis Camara, s’il respecterait sa promesse de ne pas se présenter à l’élection présidentielle guinéenne. Sa réponse a été le début de sa fin de « règne » à Conakry », a confié le diplomate au journal ivoirien.

 

Pour rappel, en juin 2009, le diplomate allemand accrédité à l’époque à Conakry avait posé une question au capitaine Dadis sur le respect de sens engagements. « Si toutefois les élections n’ont pas lieu en 2009, êtes-vous candidat », avait-il interrogé pendant une rencontre à la RTG de Koloma.

 

L’ancien putschiste pique alors une colère noire. Commençant son intervention en Allemand avant de  la terminer en Français, il invitera l’ambassadeur au respect réciproque.  »Je suis un Président de la République. Vous devez respecter mon autorité. Ce n’est pas vous qui m’avez donné ce pouvoir. J’ai pris ce pouvoir sans effusion de sang. Je n’aurais pas dû vous donner la parole. Je respecte l’Allemagne. C’est le peuple allemand qui m’a permis d’être Président et de lutter contre la gabegie. Mais vous devez me respecter », avait-il dit.

 

« Je ne suis pas votre égal. Moi, je suis Président de la République. Je n’irai plus en Allemagne comme soldat. Si je vais en Allemagne, c’est le Président qui va me recevoir. Je ne laisserai personne mettre le feu au pays : ni vous, ni qui que ce soit. Je respecte beaucoup les Nations Unies, l’Union Européenne… Mais, je ne leur permettrai jamais de ternir l’image de la Guinée. Les institutions internationales n’ont aucun droit de s’ingérer dans les affaires intérieures d’un Etat petit ou pauvre. Je suis le Président ! Vous êtes tous au dessous de moi », avait ajouté Dadis.

 

Pour beaucoup d’observateurs cette réaction à l’endroit de Karl Prinz était une humiliation de trop.

Bintou Condé

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*