dimanche , 15 décembre 2019

Législatives : L’opposition menace de reprendre ses manifs dans 72h

L’opposition dite républicaine a menacé lundi soir de reprendre ses manifestations de rue si la Commission électorale nationale indépendante n’affichait pas les listes électorales.

« A défaut d’avoir dans les 72 heures une réponse claire et nette de la Ceni allant dans le sens de l’affichage d’un fichier électoral assaini, nous serons dans l’obligation de reprendre nos manifestations sur les places publiques », a indiqué le porte-parole de l’opposition Aboubacar Sylla. « Et nous avons ce droit pour faire comprendre à l’opinion nationale et internationale la violation de la loi ».

Selon Djénabou Touré, directrice adjointe du département planification de la CENI l’institution en charge de l’organisation du scrutin a finalisé le toilettage du fichier électoral. Ce qui a permis l’obtention de 5 094 644 électeurs après deux opérations dé dé doublonnage dont l’une à Conakry et l’autre à Bruxelles.

Elle a indiqué par ailleurs que la CENI a procédé à la correction des anomalies à hauteur de 95%. Imperfections qui étaient dues entre autres à la délocalisation des électeurs, erreurs sur les données alfa numériques et les cas de décès entre autres. Elle a dit lundi soir à la presse que le Comité technique de suivi du fichier électoral  composé d’experts de l’opposition et de la mouvance et dont elle préside a déjà eu accès à ce fichier.

Pour l’opposition il n’y a rien de tout. « Nous avons fait le constat que depuis la signature de l’accord politique du 3 Juillet, nous avons rencontré de nombreux manquements sur le terrain. Le premier, la période de la révision complémentaire prévue pour quinze jours s’est déroulée dans le meilleur des cas dans certaines localités pendant une semaine. Plus grave, cette révision ne s’est pas tenue dans certaines zones comme à N’Zérékoré. Nous avons également constaté l’inversion de l’ordre des opérations électorales. La la Ceni a procédé à l’affichage des listes provisoires avant la fin des opérations de dé-doublonnage, d’arbitrage et de monitoring. Conséquence, à l’affichage des listes électorales, nous avons constaté une grande omission de certains électeurs. Dans certaines zones, la moitié des électeurs n’a pas été enrôlée. Nous avons constaté aussi une explosion de la population électorale dans le fief du pouvoir et un tassement des électeurs au niveau des fiefs de la population. De même, nous avons constaté une explosion au niveau de la tranche d’âge. Des jeunes de moins de 18 ans ont été enrôlés. Nous avons surtout constaté que l’affectation des bureaux de vote a été réalisée de manière catastrophique. Certains citoyens sont à 35 voire 50 kilomètres de leur bureau de vote. Nous avons constaté l’immixtion de certains agents de l’État dans la gestion du processus électoral. Bref, nous sommes aujourd’hui devant une situation que la Ceni voudrait nous faire avaliser dans le fait accompli. Le fichier électoral ne respecte pas la réalité du corps électoral guinéen. Beaucoup d’électeurs ont été omis. Par conséquent, nous estimons que la Ceni doit apporter les corrections nécessaires. Nous demandons à la Ceni de procéder à un nouvel affichage du fichier électoral pour quelques jours pour permettre aux électeurs de constater la correction des nombreuses anomalies. C’est seulement à cette condition que l’opposition ira aux élections », a prévenu Aboubacar Sylla.

Mamady Fofana
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*