dimanche , 21 avril 2019
Flash info

Média : Les locaux du journal Le Nimba cambriolés

 

Les locaux de l’hebdomadaire privé guinéen Le Nimba, situés à la Camayenne, non loin du siège de la Cour suprême, ont été cambriolés par des personnes non encore identifiées et plusieurs matériels de valeur ont été emportés, a-t-on constaté ce jeudi.

 

Selon les informations obtenues auprès de nos confrères qui travaillent dans ce journal, le vol a été perpétré pendant que les bureaux étaient fermés pour « non paiement de loyers ».

« Pour des raisons de non paiement des loyers, ces locaux sont fermés par le propriétaire par voie d’Huissier de Justice’’, avait notifié l’huissier Maître Saïdouba Kissing Camara dans une décision affichée sur les portails le 14 Août dernier. Depuis, les locaux étaient fermés.

En ouvrant leurs bureaux ce jeudi pour reprendre les activités après règlement d’une partie des arriérés de loyers, les travailleurs ont constaté que les paperasses sont sens dessus-dessous. Ils se sont aussi aperçus de la disparition de plusieurs appareils.

 

Selon la direction de l’hebdomadaire, les scélérats ont réussi à emporter au moins 9 ordinateurs dont deux mac qui servaient au montage du journal, des imprimantes, et un serveur. Ils ont aussi dérobé deux écrans plasmas. En revanche, ils n’ont pas réussi à emporter le groupe électrogène et d’autres serveurs plus lourds.

 

La consternation se lisait jeudi sur les visages de nos confrères. « C’est toute la vie du Nimba qui est partie. Nous seront obligés de reprendre même la maquette », a regretté un maquettiste.

Lancé en 2011, Le Nimba faisait la fierté des lecteurs Guinéens avec sa qualité d’impression, ses trentaines de pages dont un cahier central en couleur et consacrés au sports. Tiré au départ au Maroc, l’impression sera ramenée à Conakry pour « raison économique ». Depuis, l’hebdo a évolué en dent de scie avec des interruptions parfois prolongées. Au grand dam des lecteurs, annonceurs et même travailleurs.

La direction du journal va porter plainte contre X après le cambriolage, nous dit-on.

Mamady Fofana
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*