dimanche , 16 juin 2019

A Conakry, les présidents Condé et Nhamadjo s’engagent à lutter contre la criminalité transfrontalière

Face à l’enjeu sécuritaire dans les régions africaines, les présidents guinéen Alpha Condé et bissau-guinéen Serifo Nhamadjo ont renouvelé mardi leurs engagements respectifs à lutter contre le trafic de drogue et la criminalité transfrontalière qui sévissent dans les deux pays.

Au terme d’une visite d’Etat d’une journée à Conakry, le président de la Guinée-Bissau et son homologue guinéen ont passé en revue plusieurs points relatifs aux dispositions à entreprendre par les autorités politiques et administratives des deux pays, afin de venir à bout d’une lutte commune et efficace contre le cartel de drogue et l’insécurité qui minent les espaces géographiques frontaliers.

Les deux hommes d’Etat ont également statué sur les questions de développement, le combat contre la pêche clandestine, le renforcement des capacités des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG).

Le ministre guinéen des affaires étrangères Louncény Fall a noté dans un communiqué conjoint la volonté des deux présidents en faveurs d’un retour à la paix et à la quiétude sociale en Guinée- Bissau avec une stratégique de réforme des forces de défenses et de sécurité de ce pays, frappé par une crise politique depuis le coup d’Etat militaire en 2012.

« Les chefs d’Etat Alpha Condé et Serifo Nhamadjo ont mis un accent particulier sur la lutte contre la piraterie maritime, la pêche frauduleuse, la circulation des armes légères et de petits calibres, les trafics de drogue et de stupéfiants », a indiqué M. Fall.

Il a souligné que les présidents Nhamadjo et Condé ont exprimé leur profonde attachement à la mise en place des projet de développement en faveurs des populations vivant le long des frontières entre les deux pays, distant de plus de 300 km.

Les deux présidents ont également décidé d’intensifier leur consultation pour le bien-être des populations des deux pays, qui partagent des espaces géographiques à la frontière et pratiquent des langues et des réalités culturelles communes.

XINHUA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*