mardi , 23 juillet 2019
Flash info

Energie : les solutions de l’ingénieur Abe Sylla

Ingénieur en énergie, Ibrahima Abe Sylla, par ailleurs président de la Nouvelle Génération pour la République a du mal à comprendre que le gouvernement puisse débloquer plus de 100 millions de dollars US pour électrifier la seule capitale Conakry, sans résultat probant.

S’exprimant vendredi à une conférence de presse, celui qui est titulaire d’une Maîtrise en électricité électronique et d’un Master en ingénierie électrique, PDG d’AIS Engineering Inc., a dit  toute sa stupéfaction face à l’échec de la politique d’électrification initiée par le gouvernement. Abe Sylla a esquissé quelques solutions pouvant mettre fin au black-out électrique. Extrait de son intervention :

« Vous savez qu’effectivement la NGR avait un programme d’électrification de la Guinée. Pour ceux qui connaissent très bien mon programme, c’était le pilier essentiel. Comme vous le constatez, cela fait maintenant deux jours depuis mon arrivée qu’il pleut. Toute cette eau qui tombe va dans la mer. Et la chance que nous avons, est que nos fleuves peuvent vraiment générer de l’énergie. Le  Konkouré et tous les autres vont directement à la mer de sorte qu’ont peut faire plusieurs barrages en cascades. Le premier barrage qu’on avait cité dans notre programme était Kaléta.


Le gouvernement actuel a déjà amorcé ça. Il y a un deuxième projet qui devait suivre. C’était  à Marella. Dans notre programme cela nous faisait 1 200 mégawatts. Je vais vous expliquer ce que ça représente. Présentement, la Cote d’Ivoire produit 1 150 Mgw et ils veulent monter à 1 500 Mgw pour pouvoir vendre de l’énergie au Liberia, la Sierra Léone, la Guinée et même le Ghana.


Chez nous ici, nous avons des potentialités qui produisent la même quantité dans les trois ou quatre années à venir. Si nous voulons. Si Kaléta est amorcé et si nous lançons à Marella, nous obtenons toute de suite 1 400 Mégawatts. Dans notre programme on avait trois volets.


Le premier volet, c’était de donner de l’énergie aux Guinéens tout de suite à la base de turbines à gaz. Je crois que le gouvernement actuel  à compris cela. Ils ont commandé des turbines à gaz. Cela était aussi dans notre programme. J’en avais discuté avec Laurent Gbagbo qui était président de la Côte d’Ivoire à l’époque. Après lui c’est Ouattara qui a aussi accepté de nous donner ce gaz si j’étais élu.


Ce premier volet était d’amener les turbines à gaz, qui était quand même très coûteux.


Le deuxième volet était de renforcer le réseau de distribution. Et le troisième était la construction  des grands travaux, des barrages que j’ai énumérés au début. C’était de mettre les 1 500 Mégawatts avant la fin de mon premier mandat si j’étais élu.


Malheureusement jusqu’à aujourd’hui, on n’arrive pas à nous en sortir. Ils ont dépensé plus de 100 millions de dollars  pour donner de l’énergie rien qu’à la capitale mais les résultats, on les connait.


Cette réalité s’explique par plusieurs raisons. Ils n’ont pas fait les études d’ingénieries. Pour acheter des groupes, il faut savoir comment les synchroniser au réseau. Faire en sorte qu’on ne bousille pas les équipements des citoyens. Il fallait aussi mettre en place des méthodes de bonne gestion. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ».

Zeze Enema Guilavogui
+224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*