vendredi , 13 décembre 2019

Législative : l’ONG Afrido appelle à faire le bon choix

Le Mouvement Africain pour la Défense des Droits de l’Homme et de Gouvernance – AFRIDO – a appelé lundi les Guinéens à faire un choix judicieux lors des prochaines élections législatives fixées au 22 septembre pour la diaspora guinéenne et 24 septembre pour les Guinéens au pays.

L’organisation non-gouvernementale de défense des droits humains pense que ce choix est d’autant plus important qu’il devra mettre un terme à la malgouvernance qui gangrène le pays depuis plusieurs décennies et à laquelle le pouvoir d’Alpha Condé peine à trouver solution.

« Les guinéens ont besoin d’une Assemblée nationale efficiente et efficace  qui serait capable de voter les lois de la République », a dit Nouha Traoré, président de  ladite ONG.

M. Traoré qui s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse, à Conakry, a  en outre appelé le président Alpha Condé à faire la lumière sur l’ensemble des actes de malversations avérés ou soupçonnés, évoqués ces dernières années, afin de renforcer la crédibilité et la légitime de son régime. Pour lui les élections législatives  ne sont pas une panacée ni une fin en soi. Il pense que seule la bonne gouvernance constitue le facteur déterminant du développement économique et social de la Guinée.

AFRIDO fait remarquer que le pays est au bord d’une véritable crise de gouvernance. Selon son président l’utilisation des  biens publiques pour des fins d’enrichissement personnel à travers les actes de corruptions et de détournements des deniers publics a atteint une proportion inquiétante. Sans avancer des preuves de ce qu’il dit, Nouha Traoré estime que le régime du président doit s’approprier des vertus de la bonne gouvernance que sont le respect des droits politiques, l’indépendance des medias, l’efficacité gouvernementale, l’Etat de droit, la lutte contre la corruption pour remettre le pays sur les rails.

Appelant à la lutte contre l’impunité et le détournement, l’organisation demande au chef de l’Etat de faire la lumière sur la gestion chaotique du secteur de l’énergie où, dit-il, « des centaines de millions de dollars ont été engloutis sans succès et sans aucune poursuite judiciaire ». Il a ajoute à cette situation, les tueries lors des manifestations politiques, l’arrêt de l’usine de Rusal à Fria et une « tentative de subtilisation de plusieurs milliards de franc guinéen à la Banque centrale sans qu’une enquête sérieuse ne soit menée ».

Zézé Enema Guilavogui et Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*