dimanche , 26 mai 2019

Le président rencontre la presse guinéenne

Le président Alpha Condé a reçu lundi à Conakry pour la première fois depuis sa prise du pouvoir en 2010 les représentants des associations de presse guinéennes avec lesquels il a abordé les problèmes qui assaillent le secteur de la presse.

Cette rencontre qui constitue selon le président la première d’une série qu’il compte avoir avec quelque corporation vise à « discuter de l’exercice du métier du journalisme en Guinée ».

En prenant la parole, les présidents des différentes associations de presse présents à la rencontre (Urtelgui, Agepi, Aguipel, Ceprelgui, AJG) ont mis en exergue de nombreuses difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur profession.  De la hausse des redevances pour les radios, à la flambée des prix des intrants pour la presse écrite, en passant par le manque d’imprimerie, le faible niveau des salaires, la nécessité de créer une école de journalisme pour la qualification des professionnels de la presse et les factures injustifiées d’EDG, les porte-paroles des journalistes ont fait une radiographie brève mais précise de leur secteur.

En outre, ils ont déploré l’existence de deux lois, l’une appliquée par le CNC et l’autre par les tribunaux. Toute réalité qui, selon eux, entraine une cacophonie dans le monde des médias.

La directrice de la Maison de la presse, Madame Sanassa Diané, a attiré l’attention du Président sur la nécessité pour l’Etat de construire une Maison de la presse digne de nom, à l’image de certains pays de la sous-région. « Le bail que nous avons actuellement est devenu précaire », a-t-elle soutenu en faisant allusion à l’actuelle villa.

Enfin, en raison de l’absence d’un marché publicitaire large et des réalités soulevées ci-haut, les représentants de la presse guinéenne ont souhaité le relèvement du niveau de la subvention annuelle allouée à la presse.

Pour sa part, Alpha Condé qui a reconnu que la presse constitue le quatrième pouvoir a fustigé des manquements à l’étique et le non respect de la déontologie par des journalistes guinéens. Il a déploré les insultes par voie de presse contre sa personne alors que cela constitue, dit-il, un délit, ainsi que le non respect des cahiers de charge pour les radios.

Dans ses propos, le Chef de l’Etat a reproché à  la presse guinéenne de ne pas s’intéresser aux réalisations faites  par son gouvernement. Evoquant la chute des devises étrangères par rapport au franc guinéen, l’amélioration du pouvoir d’achat des Guinéens et le domaine de l’énergie, il a regretté que la presse guinéenne fait fie de tout ceci pour ne parler de la Guinée qu’en mal. « Vu de l’extérieur on a l’impression que la Guinée est à feu et à sang, mais on oublie là où j’ai pris la Guinée. Parfois quand j’écoute des journalistes, j’ai l’impression de vivre dans une autre Guinée. C’est comme si j’ai trouvé la Guinée au paradis, je l’ai transformée en enfer. Je n’ai pas hérité d’un paradis. Comment voulez-vous que j’échange avec des gens qui peuvent voir le soleil et dire que c’est la lune? », a-t-il dit, insistant sur un point : « Je ne vous demande pas de me soutenir, mais dites la réalité ».

Chemin faisant, le président a réitéré sa volonté de poursuivre la marche avec la presse. Une marche entamée, à l’en croire, depuis ses heures d’opposant. « A l’extérieur les journalistes me posent des questions et je réponds. Ici, comment  voulez-vous que je vous reçoive si vous dites qu’il fait nuit alors que le soleil brille ? », s’est-il interrogé. Sur cette lancée, le locataire de Sèkhoutoureyah a laissé entendre qu’il a toujours évolué avec les journalistes guinéens et est intervenu par le passé pour mettre fin à des guéguerres lorsque cela était nécessaire.

Sans prendre des engagements fermes, le président a invité l’Urtelgui à prendre attache avec le ministère de la Communication et le CNC pour discuter des cahiers de charge de chacune de ses membres. Avant une prochaine dont la date n’est pas encore fixée.

Les discussions ont pris fin dans une atmosphère empreinte de convivialité et de respect mutuel.

Elie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*