lundi , 10 décembre 2018

Guinée : les musulmans implorent la clémence divine à l’occasion de la fin du Ramadan

Jeudi 8 août, il est 9heures locales et TU. Au quartier Kaporo-raïls dans la commune de Ratoma, Lansana Kourouma, tout de blanc vêtu, vient d’accomplir son devoir religieux.


 

Pour ce croyant, la quarantaine révolue, qui vient de braver la pluie battante qui s’abat sur la capitale Conakry pour se rendre à la mosquée d’à côté, le déplacement était indispensable d’autant qu’il faut intercéder en faveur de la Guinée, durement touchée ces dernières années par des séries de violences parfois meurtrières.

« Cette année a été marquée par des événements sociopolitiques dans notre pays, qui se sont toujours soldés par des pertes en vie humaine. Raison pour laquelle j’ai fait le déplacement  demander à Dieu de nous épargner ces situations non avantageuses pour notre pays », dit-il.

A l’image de Kourouma, des millions de Guinéens ont observé ce jeudi sur l’ensemble du territoire national, la fête du Aïd el-Fitr qui marque la fin ramadan et du jeun observé par les musulmans.

A Conakry, comme à l’intérieur du pays, tous ont mis un accent sur la nécessité pour la Guinée de rompre avec le cycle de la violence traversé depuis bientôt deux décennies. Ils ont prié pour un retour définitif au calme et à l’entente entre les filles et fils de la Nation.

« Je suis très inquiet pour mon peuple tant les clivages ethniques sont présents dans les esprits », indique Kourouma quelque peu sceptique. ‘’Je prie Allah de venir au chevet des Guinéens’’, implore-t-il.

A ces prières formulées, s’ajoutent aussi des appels au pardon et à l’unité lancés ici et là à l’occasion de la fête de cette année.

Dans la journée, le président de la République a invité les Guinéens à  cultiver l’esprit de pardon, à l’unité et la réconciliation nationale. Gages, selon lui, de l’harmonie et de tout développement.

De son côté, Elhadj Abdoulaye Diassy, secrétaire général des affaires religieuses a demandé à ses concitoyens de se pardonner et de se mettre chacun au service de son prochain comme le recommande Allah.

Ces appels à l’acception mutuelle sont effectués à moins de deux mois des élections législatives qui présentent un risque important d’affrontements. Et moins d’un mois seulement après les violences inter-communautaires de Koulé, N’Zérékoré et Beyla qui ont fait 95 morts et plus de cent blessés, selon le gouvernement.

Goua Guilavogui
Kaloumpresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*