vendredi , 23 août 2019

Guinée : les violences persistent, l’Etat tarde à s’imposer et le ministre des droits de l’homme s’énerve

Un ministre qui s’énerve contre son propre gouvernement, ça ne se voit pas tous les jours. C’est bien la couleur que le ministre des Droits de l’homme et des libertés publique, Kalifa Gassama Diaby, vient de montrer.


 

S’exprimant sur la télévision d’Etat mercredi nuit, après les violentes protestations contre le délestage électrique à Conakry, le ministre a interpellé son gouvernement à prendre ses responsabilité. Faute de quoi, dit-il, la Guinée risque d’être ingouvernable.

« Nous nous rapprochons dangereusement d’un état sauvage », a introduit le ministre en charge des Droit de l’homme dans un entretien avec la Télévision guinéenne, qui précise qu’il vaut mieux appeler « un chat, un chat ».

Visiblement énervé contre le gouvernement qui, à l’en croire laisse la chienlit s’installer en Guinée, Kalifa Gassama Diaby a invité les autorités à appliquer la loi de façon neutre et partiale. Pour lui, personne ne doit être au-dessus de la loi.

« A Conakry, c’est devenu le désordre, la chienlit et l’Etat doit mettre fin à cette pagaille. On a l’impression que dans notre pays il n’y a pas de loi, il n’y a pas la sécurité, il n’y a pas l’Etat. Si l’Etat ne prend pas sa responsabilité on ne pourra pas gérer ce pays. Il faut que cette chienlit s’arrête », prévenu le ministre, très fâché.

Poursuivant, le ministre s’est montré clair. « Notre pays a fortement besoin d’ordre. Il n’y a pas de démocratie sans ordre, sans état. Il faut que la loi s’applique sans tenir compte des origines ethniques. J’en a appelle à mon propre gouvernement. Il faut que l’état prenne ses responsabilités. Et que cette pagaille s’arrête ».

Des manifestations contre le manque d’électricité paralysent certains quartiers de Conakry depuis mardi. Le gouverneur de a ville de Conakry a appelé mercredi nuit au calme avant d’interdire toute protestation contre le délestage électrique. Peine perdue puisque des habitants de Dixinn sont dans la rue depuis ce matin pour exiger du courant.

Mamady Fofana
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*