jeudi , 14 novembre 2019

Révision complémentaire des listes électorales: la CENI fait le point à mi-parcours

Depuis la signature de l’accord politique le 3 juillet, le compte à rebours a commencé pour l’organisation des élections législatives. Ainsi pour faire le point sur les préparatifs de ce scrutin fixé au 24 septembre prochain, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), a animé une conférence le 20 juillet à la Maison de la presse  à Conakry.

Dans son introduction, le directeur des Opérations, Yaya Kane a indiqué que l’opération d’enrôlement complémentaire des électeurs amorcé depuis le 13 juillet évolue comme prévu sur le terrain. Parlant de la formation des membres des CARLE, surtout les représentants des partis politiques, M. Kane souligne que la CENI a opté pour la formation de proximité. Instruction a été donnée, poursuit-il, aux présidents des CARLE de former les représentants des partis politiques.

Toutefois, le directeur des Opérations reconnait que l’installation des CARLE a connu quelques difficultés indépendantes de la CENI. Concernant la révision, il affirme qu’il y a aujourd’hui des zones qui sont inaccessibles. « Pour ne  laisser personne pour compte, nous faisons de l’enrôlement itinérant. C’est-à-dire que quand on a enrôlé un maximum d’électeurs dans un village, toute la CARLE se déplace pour aller dans un autre village afin de pouvoir enrôler tout le monde », renchérit-il.  Côté matériels, M. Kane soutient qu’un ensemble de matériels a été déployé sur le terrain. « Les listes des électeurs de 2010 et celle des électeurs enrôlés en 2013 ont été affichées dans toute la ville de Conakry. Pour les autres préfectures, les dispositions sont prises pour afficher ces listes.  C’est important que cette liste soit affichée pour éviter l’engorgement des CARLE. Parce que ne sont concernés par cette révision que ceux qui ne sont jamais passés devant une CARLE… », a précisé le directeur des Opérations.

De la tentative d’enrôlement des enfants de moins de 18 ans

Au cours de son intervention,  M. Kane ajoute que la CENI a passé des communiqués pour interdire l’enrôlement des enfants et des étrangers. « Nous voulons avoir à la sortie de cette opération,  un fichier permanent, fiable où tous les Guinéens qui veulent voter sont intégrés ». Selon lui, plus de 17 000 urnes ont été déjà pré positionnées dans les préfectures les plus éloignées de Conakry.

Même que 13 000 autres urnes sont en commande. Des isoloirs aussi seraient également pré positionnés dans les villes éloignées. S’agissant des Procès verbaux  et des enveloppes sécurisés, M. Kane rappelle qu’il y a déjà 30 mille  PV et 102 mille enveloppes sécurisées qui sont disponibles dans les magasins de la CENI. « En cas de nécessité de commande, les dispositions sont prises pour y faire face. Cet enrôlement devrait dépasser  6 millions d’électeurs. Egalement, le nombre de bureaux de devrait  passer 12 mille. Pour l’instant, nous sommes dans la fourchette de la prévision », a conclu M. Yaya Kane.

Des statistiques à mi-parcours de l’enrôlement complémentaire

M. Etienne Soropgui, directeur adjoint des Opérations, a fait le bilan du processus de l’enrôlement complémentaire. La CENI a mis un système de monitoring qui lui permet de faire la situation au  jour le jour. Du 13 juillet à nos jours, il y a 1775 CARLE fonctionnelles sur 2000 prévues dont un écart  de 225 CARLE qui ne fonctionnent pas parce que l’un des éléments du kit est en panne. 3774 opérateurs de saisie sur le terrain sur 4000 prévus soit un écart 226 opérateurs de saisie et 143 superviseurs déployés sur 149 prévus soit un écart de 6 superviseurs. Tous ces écarts sont dus, selon M. Soropogui, à l’enclavement de certaines zones, et la situation sociopolitique à N’Zérékoré et Beyla. Il conclut que les données sont inchangées dans ces deux préfectures de la région forestière depuis le 15 juillet. Même qu’une mission va se rendre dans la région pour examiner la situation.

Etaient présents à cette rencontre:  M. Yaya Kane directeur des Opérations, M. Pathé Dieng, directeur de la Planification, M. Jacques Gbonimy, directeur de la Formation, M. Charles André Soumah, directeur adjoint de la Communication, M. Etienne Soropogui, directeur adjoint des Opérations, M Ousmane King Bangoura et Mamy Sia Tolno directrice adjointe de la Sécurité.

Ceniguinee.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*