samedi , 15 décembre 2018

Les artistes guinéens bientôt couverts par une assurance maladie

L’Agence Guinéenne de Spectacles et la compagnie NSIA- Assurance ont enfin trouvé un accord visant à offrir une assurance-maladie aux artistes guinéens. Reste plus qu’à convaincre ces derniers.

Selon les termes de l’accord, la compagnie d’assurance ivoirienne s’engage à  prendre en charge 70% des dépenses liées à l’hospitalisation dans des hôpitaux publics du pays et en Afrique à l’exception de l’Afrique du sud et des pays du Maghreb. Et ce, après seulement 48h d’hospitalisation. La garantie des dépenses de la part de la société est plafonnée à 50 millions de francs guinéens.

En outre, l’accord stipule que le cancer, la tuberculose, les maux d’yeux ainsi que les artistes âgés de 65 ans au moment de l’assurance ne sont pas prises en charge. « En cas de décès, le remboursement se fait à 50% dans les hôpitaux publics et 100% dans des hôpitaux privés », ajoute le document paraphé par l’AGS et NSIA-Assurance.

La seule contrepartie est que chaque artiste souscripteur devra payer annuellement 314.950 francs guinéens pour bénéficier du produit.

Mais dans un pays ou la majorité des artistes n’a pas poussé les études plus loin, il faut expliquer le bienfait de cette initiative. C’est donc dans ce cadre que les deux entités ont procédé mercredi 26 juin à la présentation de cette initiative, en présence de plusieurs dizaines d’artistes et humoristes.

Justifiant l’objectif de l’idée, Malick Kébé, Directeur général de l’Agence Guinéenne de Spectacles (Photo) a déclaré qu’il est temps de parer au spectacle désolant vécu ces dernières années quand les artistes comme Saïd Sow, Sékébouba Fatakö, Ablos Touré, Lasso Doumbouya sont morts dans la désolation totale, sans soutien médical. Tandis que, dit-il, d’autres artistes de renoms comme Yaya Bangoura et cheikh Pénor sont encore gravement malades et auraient pu bénéficier d’un appui nécessaire pour leur traitement. « Nous savons dans quelles conditions nos  artistes guinéens s’éteignent sans soutien. Au départ, la police d’assurance était fixée  à 1 million de francs guinéens mais avec nos différentes plaidoiries  la compagnie d’assurance a fait un rabais. Maintenant  c’est à  314.950 de francs guinéens, ce qui est un ouf de soulagement pour ces artistes », a-t-il dit.

Le directeur de NSIA-Assurance, Djecket Constant, a félicité Malick Kébé pour sa détermination à défendre la cause des artistes. Il a ensuite réaffirmé la disponibilité de son institution à accompagner la culture guinéenne à travers ce projet. « A NSIA Assurance, nous avons décidé de proposer une solution à nos artistes qui nous enjaillent de temps en temps, mais quand ils sont en difficulté ou malades, c’est très souvent qu’ils se retrouvent tout seuls, donc il était de notre devoir en tant qu’assureurs de proposer une solution’’.

Selon le ministre de la culture Ahmed Tidjane Cissé l’assurance maladie pour les artistes est une innovation dans  notre pays dans la mesure où ceux-ci décident de se prendre en charge pour des jours néfastes. Il a déploré que les artistes et humoristes qui tenaient de  spectacles géants meurent en Guinée par manque de soins tandis qu’on  sacrifie des bœufs après pour leurs funérailles. Le ministre annonce qu’une assemblée générale d’artistes et acteurs culturels sera organisée très prochainement afin de mieux leur expliquer les atouts d’une assurance maladie puis que ce n’est pas le ministère de la Culture qui assure les artistes, plutôt les artistes qui doivent aller s’assurer

Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*