dimanche , 16 décembre 2018

Diécké : Les explosions au camp militaire seraient dues à « un court-circuit »

En attendant des enquêtes fournies pour connaître la cause exacte des explosions dans la caserne de Diécké, les autorités militaires de la sous-préfecture avancent la thèse d’un « court-circuit », selon des témoignages recueillis par Kaloumpresse.com.

Les éclats de munitions qui ont été suivis d’un immense incendie ont calciné le bâtiment principal de cette garnison stratégique située à 7 km de la frontière libérienne. Outre un militaire tué dans le sinistre et des minutions qui ont explosé, toutes les pièces comptables sont parties en fumée. Le dégâts seraient encore plus importants si un courageux soldat n’avait pas pris la responsabilité de déplacer les engins roulants au tout début des explosions.

« Les éclats de minutions ont cessé et l’incendie a été maitrisé grâce à une citerne dépêchée par la Soguipah », a déclaré une source sous le couvert de l’anonymat. « On nous apprend que c’est un court-circuit, parti des prises électriques et des congélateurs des épouses des militaires, qui serait à l’origine du sinistre », selon notre source.

Une délégation du commandement de la région militaire de N’Zérékoré est déjà en place. « La zone est bouclée par les militaires et l’accès formellement interdit aux civils », a dit une autre source qui a participé à l’extinction de l’incendie quelques heures plutôt.

En raison de la panique causée par les explosions, des citoyens qui craignaient une attaque en provenance du Liberia voisin ont regagné les montagnes ou leurs champs et ne sont toujours pas de retour. Faute d’informations.

Elie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

————-

Photo : Général de brigade Namory Traoré, chef d’Etat-major général des armée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*