mardi , 20 novembre 2018

« En Guinée, personne ne doit être victime du fait de ses origines ou de ses opinions »

Le président guinéen Alpha Condé, dans son allocution mardi à la télévision nationale, a appelé ses compatriotes au calme et à la retenue après les violences enregistrées le 23 mai dernier et jours suivants à Conakry. Discours…

ALLOCUTION DU PRÉSIDENT ALPHA CONDÉ

A l’heure où l’Afrique célèbre ses 50 ans d’unité, c’est le cœur meurtri que j’ai appris depuis Addis Abeba que notre pays offrait au monde l’image de division, en contraste avec les valeurs que la Guinée a été un des premiers à incarner. J’ai immédiatement décidé d’écourter mon voyage, et de rentrer pour prendre les mesures qui s’imposent pour assurer la protection de tous et ramener la concorde dans notre pays.

J’insiste sur le fait que la violence est inacceptable, hautement irresponsable et condamnable. La violence, c’est une mère qui pleure son fils innocent. C’est un commerçant qui a perdu sa boutique et n’a plus de quoi travailler et faire vivre sa famille. C’est une jeune femme qui ne peut plus aller au marché parce qu’elle a peur. Ce sont des élèves qui sont détournés de leurs études au moment où ils doivent passer des examens pour couronner une année d’efforts intenses et de sacrifices.

La Guinée est un Etat de droit, où nul n’est au-dessus de la Loi. J’ai demandé au Ministre de la Justice de prendre immédiatement les dispositions nécessaires à la mise en place d’un pool de juges exclusivement chargés de faire la lumière sur les récents événements et de rendre justice à toutes les victimes.

Le droit de manifester est essentiel. J’ai lutté pendant des années et payé de ma propre liberté pour défendre le droit de s’exprimer et de penser librement. Depuis 2010, la Guinée a pleinement rétabli les libertés fondamentales d’expression, d’opinion et de manifestation. Il est essentiel que l’expression de ces libertés soit faite de façon pacifique et légale, de sorte à ne pas porter atteinte à la sécurité des autres personnes et à leurs biens. Il est essentiel aussi de permettre à tous les Guinéens de circuler librement, sans entrave ni crainte. En Guinée, personne ne doit être victime du fait de ses origines ou de ses opinions. C’est le sens de tout mon combat.

C’est avec une grande tristesse que j’adresse ce soir mes condoléances aux familles et aux proches qui pleurent la perte d’un être cher, suite aux récents événements. Je tiens aussi à exprimer toute ma compassion aux personnes blessées, à celles qui ont été traumatisées par ces douloureux événements et celles qui ont perdu des biens.

Ce matin, accompagné du Ministre des Droits de l’Homme, j’ai tenu, personnellement, à rendre visite à nos blessés. J’ai pris l’engagement de prendre en charge tous leurs frais de soins.

En tant que Père de la Nation, je m’engage à ce que le Gouvernement prenne toutes les mesures pour assurer la protection de tous les citoyens et de leurs biens.

En dépit de toutes les turbulences qui ont ravagé notre région, la Guinée a toujours su préserver la paix et la concorde nationale, grâce à notre longue tradition de tolérance, de fraternité et de pardon. Tâchons de préserver cet héritage.

J’invite tous les citoyens à dédier la journée de vendredi à la prière et au recueillement, pour la consolidation de la paix, de la cohésion sociale et de l’unité nationale.

Ma porte restera toujours ouverte à tous pour discuter de l’avenir du pays dans le respect et l’esprit du vrai dialogue.

J’appelle chaque Guinéen à œuvrer pour la paix.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*