dimanche , 5 avril 2020

Alpha débute sa campagne à Nzérékoré : Et vint la comédie électorale

L’opposition a beau crié au secours «sauvons le pays», elle a beau alerté la communauté internationale sur le péril électoral qui se prépare en Guinée, l’obsession des représentants du régime à couillonner tout le monde pour se tailler la part du lion dans un parlement monocolore pourrait prendre le dessus dans les prochains jours.

 

Déjà dimanche 19 mai, le chef de l’Etat a lancé la campagne électorale au cours de son premier périple dans le pays profond. Au Sud, où Alpha Condé s’est rendu tambour battant, il a donné le ton à une campagne électorale controversée dans un climat politique infesté de récriminations et de suspicions graves, comme le maintien du couple Waymark-Sabari Technologies, considéré par l’opposition et par une bonne partie de la communauté des amis de la Guinée comme un non sens dans une démocratie en construction. Il a également fait un saut à Faranah, « parce que c’est une ville très engagée».

 

A Nzérékoré, première étape d’un périple électoral qui débute dans la comédie, Alpha a fait savoir qu’il s’est rendu dans cette capitale de la forêt guinéenne «parce que la forêt s’est toujours mobilisée pour (le) soutenir». Soit. «Ensuite, c’est la capitale de la forêt. Il fallait donc (qu’il) rende visite à N’zérékoré. Et puis, enfin voir comment les travaux avancent.» Les travaux dont il fait allusion, sont ceux en cours dans le cadre de la célébration de la fête de l’indépendance prévue cette année dans cette mégapole de près de 2 millions d’habitants. Il y a également à voir dans cette sortie, un message fort envoyé à M. Djinnit de l’ONU et à ses collègues facilitateurs dans la crise guinéenne MM. Somparé et Sylla qui devront savoir décrypter tous les signes du message au risque de se voir mis prochainement devant le fait accompli. L’un de ces signes voudrait montrer qu’à l’impossible nul n’est tenu. La date des législatives étant fixée, rien ne pourra la faire changer par un Alpha appuyé par ses «amis» Zuma d’Afrique du Sud et Dos Santos d’Angola. Le premier lui a offert des kits, le second lui accorde maintenant et pour les années à venir un soutien inconditionnel de tous les instants au cas où…

L’autre important signe envoyé par Alpha avec son voyage électoral au Sud du pays, est à situer dans l’appel qu’il a lancé aux habitants de cette partie de la Guinée et un clin d’oeil fait aux autres acteurs de la classe politique, quand il utilise l’expression «une ville très engagée» pour applaudir Faranah.

Et l’expression : «toujours mobilisée pour me soutenir» pour encenser la Forêt. En d’autres termes, c’est un peu comme si Alpha disait: j’envoie ce message pas uniquement à M. Djinnit et ses collègues, mais aux opposants qui s’en tiennent au fait que les crimes contre l’humanité commis à Galapaye et à Zogota sont à mettre au compte du bilan de mon régime.

Il est bon de rappeler qu’Alpha Condé s’est toujours obstiné à changer la manière d’organiser et d’administrer le processus électoral en Guinée. A son installation au pouvoir, il a envoyé des signes à l’opposition en lui disant que ses représentants n’ont rien pu contre lui pendant que lui Alpha était  opposant, ce n’est pas maintenant qu’il est président détenteur du décret, qu’ils pourront l’ébranler. C’est tout dire. A présent qu’il est suffisamment bien assis, son régime a pris racines, ses ministres sont en campagne chacun dans une préfecture. Il lui a plu d’ordonner à son «ministre d’Etat chargé de la justice de libérer les personnes détenues lors de la marche de l’opposition». Voilà la trame. Maitre à bord, le reste n’est qu’un jeu dont il détient le secret.

Le Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*