vendredi , 30 octobre 2020

Côte d’ivoire: Les nombreuses identités de Charles Blé Goudé

Abidjan (Côte d’Ivoire) – Charles Blé Goudé, le leader charismatique des jeunes patriotes, farouches partisans de l’ancien Chef de l’Etat, Laurent Gbagbo dans sa cavale pendant la crise post électorale ivoirienne s’est donné trois noms sur différentes fausses pièces d’identité.

 

 

Selon un rapport du groupe des experts des Nations Unies chargés de vérifier l’embargo sur les armes et les diamants en Côte d’Ivoire, Charles Blé Goudé, pendant sa fuite dans la sous région possédait trois fausses pièces d’identité.

Sur la pièce d’identité ivoirienne, M. Blé Goudé s’appelait Alexis Kobénan tandis qu’il était Ousmane Coulibaly et Armand Dossévi respectivement sur la pièce malienne et béninoise.

Le rapport de l’ONU révèle également que des groupes radicaux pro-Gbagbo en exil, sont déterminés à renverser par les armes l’actuel président Alassane Ouattara mais la même source précise que ‘’Charles Blé Goudé ne figure pas sur cette liste des comploteurs’’ comme le colonel Alphonse Gouanou, Damana Pickas l’un des représentants du camp Gbagbo au sein de la Commission électorale indépendante (CEI) au moment de la présidentielle d’octobre et de novembre 2010 et Amara Touré le dernier ministre du commerce de Laurent Gbagbo ainsi que le Commandant Jean Noeël Abehi arrêté au Ghana et extradé à Abidjan.

Charles Blé Goudé a été arrêté en janvier au Ghana puis extradé à Abidjan où il est en résidence ‘’protégée’’.

Surnommé le ‘’général de la rue’’, il a été le dernier ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo détenu à la Haye à la Cour pénale internationale (CPI) depuis la fin de la crise post électorale qui a fait plus de 3000 morts de décembre 2010 à avril 2011.

Cette crise est née du refus de Laurent Gbagbo à reconnaitre la victoire de son adversaire, Alassane Ouattara à l’issue du second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010.

Lors de sa cavale, Charles Blé Goudé possédait deux cartes d’identités (l’une malienne, l’autre béninoise) et deux passeports (un malien, un ivoirien) falsifiés, révèlent les experts de l’ONU sur la Côte d’Ivoire dans leur rapport publié le 28 avril.

Le 17 janvier, quand les agents de la Direction des renseignements généraux (DRG) cueillent Charles Blé Goudé, 41 ans, dans la banlieue d’Accra au Ghana, ils tombent sur sa carte d’identité et son passeport ivoirien. Mais pas seulement. L’ex-« général de la rue » a également sur lui de faux papiers, ceux-là même qui lui ont permis de se déplacer dans la sous-région pendant sa longue cavale.

Selon, le groupe d’experts (GoE) sur la Côte d’Ivoire mandaté par le Conseil de sécurité des Nations unies, Blé Goudé possédait deux passeports (un malien, un ivoirien) et deux cartes d’identités (l’une malienne, l’autre béninoise), tous accompagnés de noms d’emprunts : Alexis Kouman Kobenan, pour le passeport ivoirien ; Ousmane Coulibaly pour les papiers d’identité maliens, et Armand Bendossevi pour le passeport béninois. Le passeport ivoirien a été émis le 26 décembre 2008, soit un peu plus de deux ans après que l’ONU l’a sanctionné avec interdiction de voyager et gel de ses avoirs, précise le GoE dans son rapport publié le 28 avril. Des photocopies de ces papiers d’identité sont disponibles dans les annexes du document de 300 pages.

Le faux passeport malien de Charles Blé Goudé publié dans le rapport.

S’en est-il servi, depuis sa fuite d’Abidjan en avril 2011, pour se rendre dans les pays concernés ? Impossible à dire. Mais lors de son arrestation, les agents ivoiriens ont également saisi « deux téléphones satellitaires de marque Inmarsat », rapportent les experts. Et l’analyse qu’ils ont fait des cartes SIM révèle que ces appareils ont été utilisés dans de nombreux pays du continent (Burkina Faso, Congo, Gabon, Ghana, Kenya, Madagascar, Malawi, Niger, Nigeria, Ouganda, RDC, Tanzanie, Seychelles, Sierra Leone, Tchad et Zambie), et, chose plus étonnante, en Inde.

Comptes en banque

Soumis à un gel de ses avoirs, Charles Blé Goudé possédait des comptes dans plusieurs établissements bancaires, notamment à la Banque de l’Habitat de Côte d’Ivoire (créé le 14 octobre 2009 et clôturé le 17 octobre 2012) et à la Banque pour le financement de l’Agriculture, selon les informations des experts de l’ONU. Ce compte qui « a été ouvert le 8 mai 2007 par la SARL Leaders Team Associated, dont le représentant légal était M. Blé Goudé, semble toujours être actif et opérationnel », précise le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*