mardi , 19 novembre 2019

Dadis à Koulé: « Nous allons repartir. Là-bas, on aimerait entendre que vous êtes tous unis »

Les obsèques de la mère de l’ancien chef de la junte Moussa Dadis Camara se sont déroulées dans le calme dimanche à N’Zérékoré, a-t-on appris de sources concordantes.

Mme Christine Tonghon Koné a été enterrée aux environs de 17h00 GMT dans la résidence de la famille Camara, située en plein centre de la ville de N’Zérékoré, principale agglomération de la Guinée forestière.

La cérémonie funèbre a commencé la veille par une exposition du corps au domicile de Dadis Camara, suivie d’une veillée de prière catholique. Dimanche, le cortège funèbre a été reçu à la cathédrale de N’Zérékoré.

Le gouvernement guinéen s’est fait représenter à ces obsèques par le ministre délégué aux Transports Ahmed Tidiane Traoré et le ministre de la Communication Togba Césaire. D’anciens membres de la junte ont également fait le déplacement pour partager ces moments de deuil avec Dadis Camara.

Rien n’a pour le moment filtré sur le programme du retour de Dadis Camara vers le Burkina Faso.

Seulement à Koulé, le village qui l’a vu naître, le capitaine guinéen a livré, en langue Guerzé, un message de paix et appelé les populations à cultiver l’unité.

« Je vous remercie pour tout ce que vous avez fait. L’homme ne descend pas du bois. Si vous voyez aujourd’hui que toutes les filles et tous les fils de ce pays parlent de votre fils, c’est grâce à vos bénédictions. Ainsi, je ne peux pas venir pour les obsèques de votre vieille sans faire un tour ici pour avoir encore vos bénédictions. Je remercie tous les villages de la sous-préfecture de Koulé, la préfecture de N’Zérékoré toute entière, Macenta, le pays Konon, le pays Manon, le pays Kissi, nos voisins Malinkés. Je remercie le pays Malinké, le Pays Peulh et le Pays Soussou, avec lesquels vous êtes unis dans ce pays. Je remercie les filles et fils de la Guinée. Je vous remercie pour tous les honneurs que vous avez réservés à votre maman. Il n’y aura aucune autre cérémonie funèbre plus grandiose que celle que vous avez organisée. Vous avez tout fait. Que Dieu vous bénisse pour tous vos bienfaits, pour l’honneur que vous avez réservé à votre fils. Que Dieu vous le rende, qu’il le rende à vos parents. »

Et d’ajouter: « Nous allons repartir. Là-bas, on aimerait entendre que vous êtes tous unis. Qu’il n’y a ni Malinké, ni Guerzé, ni Peulh ni Soussous. On aimerait entendre que vous êtes tous unis. Que Dieu fasse cela ! »

« Excusez-moi d’être bref mais c’est assez comme bénédiction. Nous allons-nous rendre à N’Zérékoré où on doit d’abord prier pour la vieille à l’Eglise, avant qu’elle ne rejoigne sa dernière demeure. Mais avant tout cela, j’ai décidé de venir d’abord vous voir. Qu’honneur soit donné au fils de Kouléhawoh qui va transmettre à son grand-frère ce message que j’avais pour nos mamans et nos papas. J’adresse mon message de salutation à tout le pays Guerzé, Macenta, au pays Kissi, Yomou, Lola et Beyla. Je vous remercie ! », a enfin déclaré l’ex-homme fort de Guinée.

MEDIAGUINEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*