jeudi , 23 mai 2019

Le nouveau pape a pris le nom de François 1er

L’Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu pape mercredi soir par les 115 cardinaux électeurs réunis depuis mardi soir en conclave secret, pour succéder à Benoît XVI après la démission historique le 28 février.

Il a fallu attendre plus d’une heure pour connaître son identité et il a pris le nom de François Ier. Archevêque de Buenos Aires depuis 1998 et âgé de 76 ans, il s’agit du premier pape de l’histoire pour le continent américain et du premier Jésuite.

Après la formule «Habemus papam» prononcée par le cardinal français Jean-Louis Tauran, le 266e pape de l’histoire est apparu au balcon pour sa première bénédiction urbi et orbi.

Une immense clameur a retenti Place Saint-Pierre lors de l’émission de la fumée blanche signalant son élection vers 18H05 GMT, avec des cris de joie poussés par une foule nombreuse qui brandissait des drapeaux et scandait «habemus papam» et «viva il papa», pendant que les cloches sonnaient à toute volée.

Gardes suisses et membres d’autres forces armées se sont aussitôt déployés en fanfare devant la basilique, juste sous la loggia centrale. Une foule grossissant à vue d’Å“il et constellée de parapluies a envahi la place, brandissant banderole et drapeaux à la gloire du Saint-Siège. les cloches des églises romaines ont aussi retenti, accompagnées de concerts de klaxon.

Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l’annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa renonciation à l’âge de 85 ans –une première en sept siècles, depuis celle du pape moine Célestin V.

Le prochain pape se retrouve à la tête d’une Église confrontée à de grandes difficultés: sécularisation massive dans les pays de tradition chrétienne, scandales de pédophilie et de corruption qui remontent sans cesse du passé, mauvaise gouvernance et intrigues à la Curie, difficultés d’adaptation aux cultures locales, rapports tendus avec l’islam rigoriste, contestations diverses.

Une fumée blanche s’est échappée mercredi soir de la cheminée de la Chapelle Sixtine, annonçant l’élection du nouveau pape qui succèdera à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février.

Après la formule «habemus papam» prononcée par le cardinal français Jean-Louis Taurant, à 20h10, on apprenait que c’est l’Argentin JorgeMario Bergoglio qui a été élu pape.

Il a pris le nom de François 1er.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*