mardi , 12 novembre 2019

Affaire Kpéaba: La Côte d’Ivoire mobiliserait ses forces spéciales, Alpha Condé et Ouattara échangent

Dans son édition No 14469 du vendredi 22 février 2013, le Quotidien d’Etat ivoirien barre à sa Une:  « Ivoiriens ou Guinéens? Les habitants de Kpéaba se déterminent, aujourd’hui »-

Bien que le ministre guinéen des affaires étrangères François Lonsény Fall ait déclaré cette semaine que le village de Kpéaba, riche en fer et en cuivre, qui fait objet de litige entre la Guinée et la Côte d’Ivoire est guinéen, les Ivoiriens ne croisent pour autant pas les bras. Même si chaque camp prône la voie diplomatique.

Selon nos confrères de « Soir Info » qui citent une source proche du pouvoir d’Abidjan,  »le mutisme ivoirien est observé de façon délibérée par les autorités politiques et militaires qui, pour autant, ne restent pas les bras croisés ».

En effet, écrit le journal, dès la prise de Kpéaba par les Forces armées de la Guinée (Fag), le président de la République, Alassane Ouattara a donné des consignes fermes aux ministres en charge de la sécurité et de la défense, ainsi qu’à l’état-major général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci).

Il leur a demandé, précise le quotidien ivoirien, notamment d’éviter de communiquer pour l’instant sur cette affaire. C’est que le numéro un ivoirien a décidé de tenter de régler la situation par la voie diplomatique. Il aurait, depuis l’occupation du village de Kpéaba, échangé à plusieurs reprises avec son homologue guinéen, Alpha Condé.

A en croire « Soir Info », des émissaires ivoiriens devraient se rendre (s’ils ne l’ont pas déjà fait) à Conakry pour discuter avec les autorités guinéennes, en vue d’un règlement de la question à l’amiable.

Au niveau sécuritaire, précise l’organe, le Chef d’état major général des Frci, le général de corps d’armée, Soumaïla Bakayoko, et les chefs des grands commandements se sont retrouvés en conclave, il y a quelques jours, avec Hamed Bakayoko et Paul Koffi Koffi, respectivement Ministre d’Etat-ministre de l’intérieur et de la sécurité, et Ministre auprès du président de la République, chargé de la défense, pour analyser la situation. D’autres rencontres sont annoncées pour gérer la crise.

Sur instruction du président Ouattara, rapporte le journal, il a été décidé de renforcer la sécurité dans le périmètre de la zone occupée par les forces guinéennes.

Les forces spéciales ivoiriennes, révèle le quotidien ivoirien, ont donc été mobilisées, mises en alerte maximale, et ont pris position dans les environs de Kpéaba, pour parer à toute éventualité.

Mercredi 20 février 2013, lit-on dans ledit journal, au Conseil des ministres au Plateau, le gouvernent ivoirien a annoncé la mise en place d’une commission qui travaille à ramener la sérénité au niveau du village ivoirien envahi. Il s’est visiblement gardé de donner un effet médiatique à l’affaire.

Notons que le village de Kpéaba est situé dans la frontière non matérialisée entre la Côte d’Ivoire et la Guinée. Se trouvant un peu plus du côté ivoirien à seulement une dizaine de kilomètres, ce bourg est réclamé par la Guinée depuis plus d’un demi-siècle.

MEDIAGUINEE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*