vendredi , 15 novembre 2019

Cellou Dalein Diallo au Palais du peuple : ‘’Si monsieur Alpha Condé s’obstine, on demandera son départ’’

Les manifestants de l’opposition sont arrivés à l’esplanade du Palais du peuple, destination prévue par les leaders du Collectif, de l’ADP et du CDR pour livrer leurs discours sur le mode de gestion du pouvoir par le président Alpha Condé. Dans les différents discours des appels à la mobilisation furent lancés ici et là. Mais pas seulement que ça. Extraits :

Jean-Marc Telliano, président du RDIG : « Il faut qu’on chasse Philippe Van Dame de la Guinée »

« Le pouvoir va comprendre cet appel. C’est un début du commencement. Nous venons de commencer. La Guinée ne va plus accepter la dictature. Nous voulons des élections crédibles, le départ de Waymark et le vote des Guinéens de l’étranger. Nous voulons le départ de Philippe Van Damme (Représentant de l’Union européenne en Guinée, NDLR). Il a été chassé dans les autres pays, il faut qu’on le chasse de la Guinée. La jeunesse c’est maintenant, ce n’est pas l’avenir. Le pays est mal géré, le pays va mal. Il faut un vrai changement ».


Boubacar Barry, président de l’Union Nationale pour le Renouveau (UNR) : « Waymark est un matériel qui vole »


« C’est ma première participation à une manifestation populaire. Je suis content de savoir que 99% des manifestants sont jeunes comme moi. Mettons la montre à l’heure (en langue soussou, NDLR).  Ce pays ne peut pas changer sans vous. Waymark est un matériel qui vole ».

Djalikatou  Traoré, secrétaire nationale du PEDN et numéro 2 du parti : « Nous sommes une majorité responsable »


« Merci pour cette mobilisation. Dites au président de la République que nous ne sommes pas des chiens. Nous sommes des Hommes. Nous n’aboyons pas. Nous parlons. Nous sommes une opposition responsable ».

Ibrahima Kassory Fofana, président du GPT : « Au-delà d’une simple marche, cette marche a les allures d’une insurrection civile »


« Je suis fier de la jeunesse de Conakry. La caravane que nous avons conduite est une caravane responsable et respectée. Je suis fier de l’opposition et de mon parti. Cette marche, au-delà d’une simple marche a les allures d’une insurrection civile. Le peuple de Guinée dit résolument non ! au système de gouvernance actuelle basée sur l’exclusion. Nous disons non ! à l’exclusion dans l’armée, dans l’administration. Nous réclamons la démocratie. (…) Le vrai changement a commencé. »


Faya Millimono, président du Bloc Libéral : « Nous irons la prochaine fois à la Place des martyrs là où quelqu’un peut nous entendre »

« Le temps de la dictature est révolu. Le temps du tripatouillage électoral est révolu. Nous disons non à Waymark et oui au vote des Guinéens de l’étranger. La prochaine fois, on ne se limitera pas au Palais du peuple, mais à la Place des martyrs. Là où quelqu’un qui est logé là-bas peut nous entendre sans l’intermédiaire des média ».


Mouctar Diallo, président des NFD : « Si Alpha Condé est un chef et un Elhadj, il faut qu’il arrête d’insulter »

« (En langue soussou, NDLR). Tout Conakry est déterminée et mobilisée. Dites à Alpha Condé que s’il est un chef et un Elhadj, il faut qu’il arrête d’insulter. Nous ne sommes pas des chiens. Nous n’aboyons pas ».

Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG : « Monsieur Alpha Condé n’a pas le droit de nous traiter de chiens, il doit faire preuve de sagesse »

« Nous avons de quoi nous réjouir aujourd’hui. Vous avez envoyé un message à monsieur Alpha Condé. La manifestation d’aujourd’hui a été suivie sur l’ensemble du territoire national. Ce n’est qu’un test. Nous n’avons pas fait une manifestation depuis septembre parce que nous avions confiance en la CENI et nous pensions que monsieur Alpha Condé allait reprendre le chemin du dialogue. La mobilisation a été totale sur l’ensemble du territoire. Je pense que Alpha Condé comprendra que la jeunesse ne veut plus de dictature et d’exclusion. (…) Nous voulons un pouvoir qui cultive la fraternité. Nous ne voulons pas que notre pays soit divisé. Nous voulons que monsieur Alpha Condé respecte la constitution. Il a prêté serment de la respecter et de la faire respecter. (…) A Kipé, il a traité les opposants de chiens. Il n’a pas le droit de nous traiter de chiens. Nous lui demandons de faire preuve de sagesse et se considérer comme le président de tous les Guinéens. Aujourd’hui, c’était une opération test. Si monsieur Alpha Condé et Bakary Fofana n’arrêtent pas le processus et qu’on discute…(…). Si monsieur Alpha Condé s’obstine, on demandera son départ ».

Mamady Fofana
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*