mercredi , 13 novembre 2019

Alpha Condé réplique: « Laissez-les aboyer, cela ne me gêne pas »

Le président guinéen Alpha Condé, à l’occasion du lancement samedi, des travaux de réhabilitation des voiries urbaines de Conakry, en langue soussou (3è groupe linguistique de la Guinée), a appelé ses compatriotes à ne pas écouter les opposants et autres détracteurs qui le critiquent.

« Toutes les promesses que nous avons prises, nous les réaliserons. Il ne s’agit pas de parler et de crier. J’étais opposant depuis la première république. Disons-nous la vérité, quand le président feu Lansana Conté était arrivé au pouvoir, il a dit, nous les militaires qui sommes venus au pouvoir, nous sommes tous pauvres, si demain vous voyez quelqu’un dans une belle villa ou dans une belle voiture, dites-vous qu’il a volée. Il était venu travailler pour la Guinée. Quels sont ceux qui l’ont induit en erreur ou qui ont pillé la Guinée ? Parce que il a bien dit aux cadres, moi je ne connais pas la gestion du pays, je suis militaire, faites tout ce qui est bon pour le pays », a dit le numéro un guinéen devant une foule immense, visiblement acquise à sa cause. .

Non sans qualifier ses opposants « d’aboyeurs », le président Alpha Condé a promis de dire désormais leurs fautes.

« Comme ils sont entrain d’aboyer, je dirai leurs fautes. Je dirai pour que les Guinéens sachent ce qu’ils ont fait. Ce qu’ils n’ont pas pu faire en vingt cinq ans et que nous nous les réalisons en peu de temps, ils veulent détruire cela. Ils ne veulent pas que la Guinée avance. Mais il faut les laisser aboyer, après on les répond. (…) Ce que nous nous voulons, c’est que la monnaie guinéenne suffise aux Guinéens. Nous Guinéens, nous nous aimons pas entre nous. Le travail, même le bon Dieu n’a pas fait le monde en un seul jour. Il l’a fait en six jours. Et il s’est reposé le septième jour (rires). Nous sommes pressés parce qu’un sac vide ne se tient jamais débout. Car, celui qui a faim n’entend jamais », a répliqué Alpha Condé aux attaques de l’opposition radicale qui appelle à une marche de protestation mercredi prochain contre le « blocage politique ».

Plus loin, il a pourfendu ceux qui se disent que l’argent a disparu. « certains disent que l’argent a disparu dans la circulation. De quel argent parlent-ils? Ce qu’ils volaient et ce qu’ils gagnaient dans les affaires de drogue, c’est ce qui a disparu. C’est pourquoi ils sont fâchés. Ils sont nombreux aujourd’hui ceux qui veulent que je les prenne comme ministre ou directeur et ils vont tout de suite claquer la porte des média pour être mon griot. Cela ne verra jamais le jour. Les gens que je choisis ont l’amour de ce pays. Que les autres aboient cela ne me gène pas », a conclu le locataire du palais Sékhoutouréya qui a annoncé donner aux femmes 100 milliards de francs guinéens pour financer des microcrédits.

Samedi, les opposants qui réclament le départ de l’opérateur Waymark et le vote des Guinéens de l’étranger avant la tenue des législatives, à l’issue d’une rencontre, ont rejeté l’appel au dialogue du président Alpha Condé prévu le 12 février à Sékhoutouréya.

 

MEDIAGUINEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*