mardi , 16 octobre 2018

Faya Millimono veut faire un sit-in le 11 Février devant la Cour suprême

Faya Millimono, président du Bloc Libéral (BL), parti dont l’agrément n’est toujours pas délivré par le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, va faire un sit-in devant la Cour suprême le lundi 11 févrie.

Pour rappel, l’ancien directeur de campagne de la Nouvelle Génération pour la République avait formulé une demande d’agrément de son parti, le BL, le 21 septembre. La loi guinéenne donne au ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation un délai de trois mois pour l’analyse des dossiers.

Depuis le dépôt de la demande, des échanges de courriers entre ce ministère et le parti en gestation ont bien eu lieu. Sans que ceux-ci n’aboutissent à une autorisation ou à un refus formel.

Le Bloc Libéral a ensuite adressé une requête à la Cour suprême le 27 décembre. Par la démarche, Faya Millimono voulait que l’institution le rétablisse dans ses droits de créer une formation politique. Mais la procédure auprès de la Cour suprême devait prendre 10 jours. Là aussi, depuis le 27 décembre, plus rien.

Pour Faya Millimono, il n’y a plus aucun doute. La cour suprême s’inscrit dans la même logique que le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation. C’est à dire l’empêcher de jouir pleinement de ses droits  d’adhérer ou de diriger un parti politique.

Il va organiser le sit-in le 11 février dit-il, pour mettre la pression sur la Cour afin qu’elle ordonne à l’Administration du territoire de donner une réponse à sa demande, fut elle négative.

« Nous invitons tous les Guinéens épris de justice à nous soutenir et à nous accompagner », a déclaré Millimono, pour qui sa double nationalité (Guinéo-canadienne, NDLR) n’a rien à voir avec « ce refus ».

« La charte des partis politiques ne parle pas de la double nationalité. Le plus important est d’être Guinéen. Si la double nationalité posait problème, Alpha Condé ne serait pas président puisqu’il a aussi la nationalité française », a dit en substance Me Gabriel Kamano, avocat du parti non encore agrée.

Mamady Fofana
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*