vendredi , 21 février 2020
Flash info

Affaire 19 juillet: un autre instigateur appelé Lamine Diallo ?

Plus le procès de l’attaque du 19 juillet  2011 avance, plus un nom revient régulièrement : Lamine Diallo, secrétaire fédéral de l’UFDG en Allemagne.

Selon le procureur général William Fernandez qui apparait comme imperturbable, Lamine Diallo est un autre instigateur de l’attaque du domicile privé du président de la République à Kipé, en banlieue de Conakry.

« Alpha Oumar Boffa Diallo « AOB », Jean Guilavoqui, Emile Guilavogui, Mamadou Bobo, Amadou Diallo et Lamine Diallo sont les instigateurs de cette attaque du domicile privé du président de la République », dit-il.

Lors des audiences et à partir des procès verbaux lus par l’avocat général, Lamine Diallo, proche de Bah Oury (seul leader mis en cause dans ce dossier selon le parquet) serait celui qui a contacté Baba Alimou Barry, jeune actif de l’ufdg, en vue d’un coup d’Etat après la victoire du candidat Alpha Condé à la présidentielle de 2010. Ainsi que Thierno Saadou.

Bien que l’accusé persiste qu’il n’est pas mêlé à cet acte criminel chez le président soutient de même être un membre actif de L’UFDG.

Pour Fernandez, Baba Alimou est bien cet autre jeune sur qui on a trouvé des armes dans le véhicule à son domicile, qui entretenait des jeunes pour une milice d’autodéfense dans les quartiers face au pouvoir.

Selon le procureur, la Guinée étant un Etat organisé, Baba Alimou Barry, Almamy Aguibou Diallo et Fatou Badiar Diallo étaient tous suivis par la gendarmerie.

Revenant sur la torture que brandissent les accusés comme élément fondamental d’extorsion des aveux, le procureur rejette les faits et parle plutôt d’un bon traitement des accusés à la gendarmerie chez Gabriel Diawara du  Bureau d’Investigation Judiciaire (BIJ). Thèse que ne réfutera pas dame Badiar, seule accusée du procès que le procureur décrit très souvent comme « une manuvrière ».

Concernant l’usage des procès verbaux lors des audiences, le procureur dit s’en référer pour la simple raison qu’ils ont été établis par des gendarmes professionnels habiletés à faire des enquêtes et des magistrats de haut rang. Mieux, assène-t-il, la défense s’en sert quand ça l’arrange et les rejette quand ça ne l’arrange pas.

MEDIAGUINEE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*