samedi , 7 décembre 2019

L’opposition radicale conseille la dissolution du gouvernement s’il y a eu « échec »

Le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour le développement et le progrès proposent au président de la République de dissoudre le gouvernement après le sévère réquisitoire de celui-ci contre les ratés du gouvernement constatés en deux ans.

Pour rappelle, lors de la traditionnelle présentation des vœux des institutions nationales et internationales au Pr Alpha Condé, le 3 janvier, à Sèkhoutoureyah, il n’y est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger quelques maux qui assaillent toujours le gouvernement à l’heure du changement. La persistance de la léthargie dans les prises de décisions et la conduite des affaires, l’absence de communication sur l’action gouvernementale, le désordre et le manque de leadership dans certains ministères et la corruption sont des pratiques qui ont suscité la colère du chef de l’Etat, qui, en ce début d’année, s’est livré à une véritable auto-critique.

« Je vais surtout me pencher sur les imperfections et les défis qui nous attendent. (…) Je ne communique pas. C’est vrai. Mais mon souci était d’abord de sortir de ce carcan qui enserrait la Guinée, qui l’empêchait de voler. (…) Nous allons passer d’une administration artisanale à une véritable administration », affirmait Condé. Le locataire de Sèkhoutoureyah a aussi déploré l’absence de réunions matinales de cabinet dans les ministères, avant de formuler de critiques acerbes à l’encontre des acteurs de la corruption et de la dilapidation des biens publics toujours tapis dans l’ombre au sein de notre administration.

 

Eh bien, l’aile dure de l’opposition guinéenne a une toute autre lecture de cette auto-flagellation. Elle pense qu’un gouvernement qui a manqué le rendez-vous du changement mérite d’être dissout et remplacer par une équipe beaucoup plus compétente. Le président de l’Union des forces républicaines et ancien Premier ministre Sidya Touré est catégorique sur la question. Il soutient qu’après avoir dénoncé les dysfonctionnements à la Présidence, à la Primature et au gouvernement, la moindre des choses serait de révoquer le gouvernement qui n’a rien fait en deux ans. Et de le remplacer par un autre.

Elie Ougna
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*