jeudi , 21 novembre 2019

La SFI et la Guinée discutent de l’assistance financière et technique au projet Simandou

Après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays pauvres très endettés), la Banque mondiale entend renforcer sa coopération avec la Guinée.

C’est dans cette optique que Bernard E. Scheahan, vice-président Afrique subsaharienne, Amérique Latine, Caraïbes et Europe de l’Ouest de la Société Financière Internationale (SFI), filiale de la Banque Mondiale, a été reçu en audience par le Président de la République, Pr Alpha Condé, dans la soirée du mercredi 9 janvier 2013 au Palais Sékhoutouréya.

Une audience au cours de laquelle, Pr Alpha Condé et Bernard E. Scheahan ont discuté de l’assistance technique et financière de la Banque mondiale à travers la SFI, dans le secteur minier guinéen et particulièrement le projet Simandou ainsi que l’implication des PME à ce projet. Ils ont également discuté du soutien que cette institution peut apporter au climat des investissements en Guinée.

Les infrastructures liées au projet minier et le développement du secteur énergétique et agricole ont été également débattus par le chef de l’Etat et le vice-président Région Afrique subsaharienne de la SFI.

A sa sortie de l’audience, Bernard E. Scheahan a précisé : « En particulier, nous avons parlé de l’assistance financière et technique que nous pouvons apporter au secteur minier et en particulier le projet Simandou, de l’association des PME à ce projet et le financement et l’apport technique aux PME. Nous avons discuté des infrastructures liées au projet minier, mais aussi l’accroissement sur le plan énergétique et le soutien que nous pouvons apporter au climat d’investissement en Guinée.
Déjà dans le secteur minier, les dépenses commencent à être importantes avec le projet Simandou bien qu’il soit en phase préliminaire, l’expansion des routes associées au développement de ce secteur, la création d’emplois qui, maintenant dépasse les 3.000 et qui atteindra d’ici un an les 6.000, l’investissement des capitaux étrangers dépasse plus de la moitié des capitaux étrangers investis ici dans le pays. Mais les effets les plus importants, c’est le développement en totalité du projet qui devrait doubler les recettes disponibles à l’Etat guinéen et qui devrait ouvrir les possibilités au secteur agricole ».

Le ministre d’Etat chargé de l’Economie et des Finances, Kerfala Yansané, mettra quant à lui l’accent sur le renforcement de la coopération avec la Banque mondiale dans l’après PPTE : « C’était d’abord pour remercier la Banque mondiale et la SFI pour l’appui qu’ils nous ont apporté pour l’atteinte du point d’achèvement. Et aussi qu’il est  l’heure maintenant de dégager les voies et moyens pour les nouvelles perspectives pour la période post PPTE. Parce qu’il faut maintenant que les entreprises viennent pour des investissements et pour la création d’emploi afin que la pauvreté soit un mauvais souvenir ».

Le Bureau de Presse de la Présidence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*