dimanche , 18 novembre 2018
Flash info

Le CDR fait les yeux doux à l’ADP et au Collectif … Un ‘’concubinage’’ sans danger pour l’opposition ?

Le Cercle des répu­blicains – CDR -, dont pourtant les principaux leaders se réclament du centre, a exprimé son désir de se rap­procher de ce qui est consi­déré comme l’aile dure de l’opposition : l’Alliance pour la démocratie et le progrès – ADP – et le Col­lectif des partis politiques pour la finalisation de la transition.

 

Un rapproche­ment qui survient juste après que des partis comme le Rassemblement pour le développement intégré de la Guinée – RDIG – de Jean Marc Telliano, soient allés frapper à la porte de l’ADP et du Collectif. L’as­sertion qui voudrait que l’ennemi de ton ennemi soit ton ami, cimente apparem­ment cette nouvelle vague de sympathie qui n’est que la conséquence d’une hos­tilité, proche de la haine, à l’encontre d’un adversaire commun : le président Al­pha Condé ! Du moins en ce qui concerne la plupart d’entre eux.

Déjà dans les rangs de l’opposition l’heure est à la jubilation. On se frotte les mains en se disant que dans l’état d’isolement qui est le sien, le locataire de Sékoutouréya, reclus dans son palais, risque de mou­rir d’ennui ou de claustro­phobie. Le président de l’Union des forces répu­blicaines – UFR -, Sidya Touré, avec une éloquence digne d’un évangéliste a essaimé ‘’la bonne nouvelle’’ en grandes pompes. Beaucoup de journalistes, comme sous l’effet de l’en­thousiasme ainsi affiché, sont allés vite en besogne en parlant d’une phagocy­tose du CDR par l’oppo­sition radicale. Avant d’y mettre un bémol, en ima­ginant une combinaison ADP – Collectif – CDR.
Cependant, le nouvel attelage qui se met en place est loin de briller par son harmonie. A cause des fortes têtes qui le com­posent, le choc des égos est plus que prévisible. Même pas à moyen terme.

La semaine dernière, les Guinéens qui ont l’écoute lucide ont dû en saisir les prémices dans la réac­tion du leader de l’UPG (membre du CDR), Jean- Marie Doré, aux propos tenus par Sidya Touré concernant Alpha Condé qu’il qualifiait de dictateur.

Dans les jours à venir, si jamais l’assortiment déto­nant arrivait quand même à se mettre en place, l’on aura certainement l’occa­sion de jauger son niveau d’instabilité. Peut-être que les manifestations que pré­voient L’ADP et le Collec­tif constitueront un excel­lent test.

Si, entretemps, les contradictions et autres problèmes de leadership (ils ne peuvent manquer avec un si grand nombre de décideurs aux égos sur­dimensionnés), ne viennent pas vouer à l’échec toute velléité d’occuper la rue. Faute de consensus.

SOURCE : LE NIMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*