vendredi , 22 février 2019

Commission électorale : l’opposition a-t-elle 9 ou 10 commissaires ?

Les commissaires issus de l’opposition radicale présentée démesurément comme la seule opposition républicaine en Guinée viennent de signer une pétition dans laquelle ils fustigent la désignation par leur président Bakary Fofana de la date du 12 Mai 2013 pour les élections législatives.

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, au lieu des 9 commissaires mandatés par notre opposition qui se croit digne et la plus méritante,  le représentant de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) de Jean-Marie Doré, Jacques Gbonimy, est signataire de ladite pétition et complète la liste de ses auteurs à 10.

Plus de 72heures après la publication de cette missive, les leaders du collectif et de l’ADP restent curieusement tous muets comme des carpes sur cette adhésion du commissaire Jacques Gbonimy à l’initiative de ses collègues issus du Collectif et de l’ADP. Ils brandissent plutôt le nombre de 10 comme une victoire. Mais  le contraire se serait produit, automatiquement, à la minute près, si  Gbonimy avait refusé de signer la déclaration.

Présenté comme un loup de la bergerie, repoussé parce que jugé proche du régime, Jacques Gbonimy ou tout au plus l’UPG a crée la surprise en  s’alignant du côté de ses détracteurs.

Jacques Gbonimy est-il alors plus proche de la mouvance que l’opposition ? La question se pose. Et on a envie d’entendre Cellou Dalein Diallo (UFDG), Aboubacar Sylla (UFC), Sidya Touré (UFR), Lansana Kouyaté (PEDN), Mouctar Diallo (NFD) ou Fodé Mohamed Soumah (GeCi).

En attendant la réponse, l’UPG aura démontré qu’il sait prendre de la hauteur. Son représentant aura aussi montrer que la raison doit toujours triompher sur la passion dans les débats politiques.

Fatoumata Kéita
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*