mardi , 16 juillet 2019
Flash info

Boffa: les citoyens ne savent plus à quelle compagnie se fier

Située à quelques 140 kilomètres au nord-ouest de Conakry, la ville de Boffa est au centre de toutes les convoitises depuis plusieurs années. Des marchands de rêve y ont miroité des projets sans que ceux-ci ne puissent voir le jour à la date indiquée. A tel point que le scepticisme commence à gagner le terrain à l’annonce d’autres grands projets, mêmes à priori fiables.

A Boffa le doute s’empare de la population qui n’hésite plus à demander des détails sur certains projets. Deux grandes compagnies minières travaillent à développer de grands méga-projets miniers de plusieurs milliards de dollars. Cela ne poserait aucun souci si seulement ces projets, avec quasiment les mêmes composantes, ne visaient pas le même site, Bel Air.

China Power Investment, avec un investissement prévisionnel de 6 milliards de dollars, ambitionne l’extraction et la transformation de la bauxite en alumine sur le sol guinéen. Ce mégaprojet qui comporte aussi la réalisation d’une centrale électrique au charbon de 370 mégawatts, prévoit en outre un port minéralier à Bel Air, ainsi que la construction d’infrastructures routières.

De son côté, Alufer Mining Ltd travaille sur un projet de production de bauxite. L’expédition de la première tonne est prévue entre fin 2014 et début 2015, selon ses décideurs. Coût du projet, 371 millions de dollars USD. Mais en plus de ce projet qui se situe également à Bel Air, Alufer n’écarte pas l’hypothèse de développer un autre projet de bauxite à Labé et surtout de construire une raffinerie d’alumine avec un port minéralier, à Bel Air aussi.

Alufer mise sur 2017 pour commencer la production de l’alumine, elle prévoit aussi la construction d’une centrale électrique et estime à 3,7 milliards de dollars, les frais d’opérations associés à la construction d’une raffinerie.

Les deux compagnies ont déjà bouclé leurs respectives études de faisabilité. Et affirment ne plus attendre que  quelques décisions politiques de la part de la Guinée dont le décret du président de la République leur octroyant la concession.

Alors, à Boffa où on voit les délégations des deux sociétés défiler, expliquer les retombées économiques et bien entendu les conséquences écologiques, de tels projets, les populations se montrent de plus en plus inquiètes. Récemment, un élu local a clairement demandé au ministère des Mines et de la Géologie de leur dire à quelle compagnie se fier. D’autant qu’elles ont toutes les deux, les mêmes discours et de surcroit les mêmes projets sur le même site.

 

Cette inquiétude est fondée. Car les Boffakas (habitants de Boffa, NDLR), ont l’impression d’avoir été dupés par le passé. Novembre 2011, une délégation conduite par le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana était dans leur préfecture pour la pose de la première pierre d’une raffinerie de pétrole. Au moment des faits, le président Alpha Condé se trouvait aux Etats-Unis. Sans aucun détail sur l’identité réelle des investisseurs, la délégation gouvernementale avait seulement promis un investissement de 2 milliards de dollars pour la construction d’une raffinerie de 150 000 barils de pétrole par jour. La raffinerie qui devait être construite par Herman Trading, une firme britannique, était censée démarrer officiellement en Mai 2012. Depuis, plus rien n’a filtré.

Mamady Fofana
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*