samedi , 16 février 2019
Flash info

Politique : Des aveux très compromettants de Fodé Oussou contre l’UFDG

L’un des nombreux vice-présidents de l’UFDG, en l’occurrence Dr Fodé Oussou Fofana, vient de faire des aveux tout de même surprenants, au détriment de son propre parti politique et de l’opposition radicale, à laquelle il appartient. Comme pour dire que le mensonge a beau durer, il finira un jour par éclater au grand jour.

Mettant à profit un voyage aux Etats unis d’Amérique, Dr Fodé Oussou a accordé une interview à une radio privée, ayant pignon sur rue dans le pays de Barak Obama. Dans un entretien qui a duré près de 2 heures d’horloge, l’ancien directeur de campagne de l’UFDG lors des dernières présidentielles,  a fait des aveux étonnants qui ont révélé  trois faits majeurs :

 

Premièrement, l’UFDG de Cellou Dalein, va mal, très mal d’ailleurs, à cause de cette crise qui couve depuis l’exil de Bah Oury au lendemain de l’attentat qui a visé le domicile privé du chef de l’état Alpha Condé, dans le quartier résidentiel de Kipé à Conakry. Même si du bout des lèvres, il semble vouloir dire que Bah Oury a été accusé à tort dans le présumé attentat qui aurait visé le président Alpha Condé, n’empêche qu’il invite le mis en cause à avoir le courage de venir affronter la justice de son pays, et se disculper une fois toutes. Allant même jusqu’à proposer que l’UFDG sorte les gros moyens pour trouver au banquier « les meilleurs avocats au monde » afin qu’il bénéficie d’une bonne défense.  Des propos qui laissent tout de même sceptiques plus d’un sur la sincérité de Fodé Oussou, quand on sait que ces déclarations rejoignent fort celles d’un de ses collègues Oumar Wann qui a directement accusé Bah Oury d’avoir trempé dans la tentative de meurtre contre Alpha Condé. C’est d’ailleurs lui,  Omar Wann qui a introduit Fodé Oussou Fofana à cette fameuse interwiew, quoi de plus normal qu’ils partagent les mêmes idées.

 

L’autre aveu du pharmacien nous renseigne que contrairement à ce que certains irréductibles du parti de l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo veulent nous faire avaler,  que l’élection  d’Alpha Condé a été régulière et transparente.

 

Selon Fodé Oussou Fofana, l’UFDG  a perdu le deuxième tour de la présidentielle, parce Bah Oury avait publiquement demandé  aux « commerçants peulhs d’affamer les guinéens » au cas où ceux-ci décidaient de ne pas voter pour Cellou Dalein.  Mais la cerise sur le gâteau est cette dernière affirmation du pharmacien : « Bah Oury dit que nous ne nous battons pas suffisamment sur le terrain, or pourtant c’est grâce à nous que le président Alpha Condé n’a pas réussi à organiser les élections législatives ». Pire, il semblait même considérer cette attitude de l’opposition comme un exploit. « Nous l’en (ndlr, Alpha Condé) avons jusqu’ici empêché », se vantait Fodé Oussou.

 

Cette sortie de l’un des tous premiers responsables de l’UFDG, interpelle l’ensemble des guinéens sur les dénégations véhiculées par des militants irréductibles d’une part, et aussi sur les déclarations contraires de leurs champions eux-mêmes d’autre part. Jusque là, à l’UFDG, les militants continuent d’accuser l’ancien président de la transition Sékouba Konaté, d’avoir favorisé l’élection de son « parent » Alpha Condé, (ndlr, c’est le terme qui est utilisé).  Depuis bientôt deux ans, Alpha Condé et son gouvernement accusent l’opposition de vouloir lui mettre des bâtons dans les roues en l’empêchant d’organiser les élections. Cela vient d’être confirmé par Fodé Oussou Fofana, pendant que leurs militants, continuerons de soutenir que Alpha Condé lui-même refuse d’organiser les législatives.

 

Pour nombre de concitoyens, il est plus qu’impérieux que ce parti fasse le ménage en son sein avant qu’il ne soit trop tard. Tout laisse croire que les leçons du passé sont loin d’avoir été tirées. S’il est incontestable que l’UFDG compte du monde, cependant on pourrait se poser des questions sur l’organisation interne de ce parti. L’UFDG est-il un parti bien structuré ? Y a-t-il à la base un véritable travail de responsabilisation des acteurs clés quant à leurs rôles respectifs ? Les avis des membres de l’exécutif sont-ils  harmonisés avant les sorties publiques ? Voilà autant de questions que les observateurs que nous sommes sont en droit de nous poser. Et puis, n’exagérons pas. L’autre Dr Saliou Bella, ne disait-il pas que  l’UFDG, contrairement à ce que l’on croit, n’est pas un parti politique. « C’est un mouvement de masse », concluait-il, avant de prendre définitivement congé de ce parti, arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2010.

 

Alpha Camara

Gatineau CANADA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*