lundi , 22 octobre 2018

Du crime économique au crime de sang ?

Un juge d’instruction a entendu mardi cinq présumés coupables de tentative de détournement de 13 milliards de francs guinéens dans le circuit financier guinéen en mai dernier.

L’audition de ces accusés n’avait rien à voir avec la tentative de détournement. Mais la sombre affaire d’assassinat de Aissatou Boiré, directrice nationale du Trésor public abattue par des hommes armés non identifiés le vendredi 9 novembre à Kipé un quartier résidentiel de Conakry.

Le juge d’instruction a reporté l’audience à mercredi matin suite à une montée d’adrénaline. Les proches des suspects commençaient à hausser le ton, clamant leur innocence. Le juge, lui, justifiait la convocation par la nécessité de les mettre en sécurité.

Plusieurs voies avaient fait allusion à un possible règlement de compte après l’assassinat de Boiro, jugée très respectueuse de l’orthodoxie financière. Dimanche, un communiqué de la Présidence de la République avait évoqué le démantèlement récent par la victime d’un réseau qui tentait de dérober 13 milliards de francs guinéens. Une liaison somme toute hâtive qui présente déjà les présumés auteurs de la tentative de détournement comme les présumés auteur du crime de sang.

Mamady Fofana
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*