mercredi , 20 mars 2019

Le Collectif et l’ADP à la Cour suprême ce mercredi

Le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour la démocratie et le progrès ont annoncé qu’ils vont déposer ce mercredi un recours auprès de la Cour suprême pour exiger l’annulation du décret du président de la République relatif à la recomposition de la CENI.

 

Estimant que leur liste a été modifiée entre le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation et la présidence de la République, les deux blocs politiques espèrent obtenir l’abrogation de la décision du Chef de l’Etat et l’obtention d’un décret rectificatif.

« Nous avons noté que la liste que nous avons déposée auprès du ministère de l’administration du territoire pour être intégrée dans le décret de nomination des commissaires a été altérée et modifiée. Au lieu de dix membres, nous nous sommes retrouvés avec neuf délégués. Nous exprimons notre désaccord sur cette procédure parce que le décret viole les dispositions de la loi portant composition, organisation et fonctionnement de la CENI », a déclaré Aboubacar Sylla, porte-parole du Collectif et de l’ADP à l’issue de leur conclave tenue  mardi au domicile de Sidya Touré à la Minière.

 

« Le décret fait état de dix membres de la mouvance contre neuf seulement pour l’opposition et un du Centre. Donc, il s’agit d’une violation manifeste de la loi. Cette violation est d’autant plus grave parce qu’il s’agit d’une loi organique », a déclaré Sylla, précisant :  » Donc, nous avons décidé d’user de nos droits en introduisant un recours en annulation auprès de la cour suprême pour demander l’invalidation du décret afin d’obtenir son abrogation pour qu’en lieu et place soit pris un autre décret rectificatif conforme aux dispositions de la loi ».

 

Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation a invité mardi les nouveaux commissaire à prêter serment aujourd’hui et à élire leur président.

 

Pour le Collectif et l’ADP, s’ils ne constatent aucun gel des activités de la nouvelle équipe de la CENI, ils seront dans l’obligation d’envisager d’autres mesures d’ordre politique.  « Si ce communiqué du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation arrivait à vouloir être mis en œuvre, nous serons obligés de recourir à d’autres mesures politiques pour nous faire entendre comme nous l’avons toujours démontré. Nous avons toujours tenu parole », a prévenu Sylla.


Elie Ougna

+224 62 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*