vendredi , 6 décembre 2019

Recomposition de la CENI: L’opposition compte apporter des réserves

La publication du décret relatif à la composition de la liste des 25 commissaires dans le cadre de la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) fait déjà l’objet de polémique sur l’échiquier politique, avec les réserves que l’opposition compte apporter à cette démarche.

Ainsi Etienne Soropogui, vice-président des Nouvelles forces démocratiques (NFD), parti membre de l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) et le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition, a déclaré ce mardi lors d’une émission de grande écoute sur les antennes d’une radio locale, que les deux blocs n’étaient « pas du tout d’accord avec cette liste publiée dans la soirée du lundi par décret présidentiel ».

Avançant comme argument de ce rejet la présence d’un représentant de l’Union pour le progrès de la Guinée (UPG) de Jean-Marie Doré, ancien Premier ministre de la transition sur la liste de 10 membres attribués à l’opposition.

Sur la liste déposée par l’ADP et le Collectif, au lieu de 10 représentants, les deux alliances se retrouvent donc avec 9 et le 10ème est celui venant du parti de Jean-Marie Doré, qui aux yeux de l’opposition est du centre.

L’ancien Premier ministre ne s’en cache pas d’ailleurs, car suite à l’adoption de la loi portant recomposition de la CENI par le Conseil national de la Transition (CNT), Jean-Marie Doré avait réagi en déclarant que cette loi a omis les centristes qui n’ont pas eu de sièges au sein de la future CENI.

Car, selon cette loi, 10 sièges reviennent à la mouvance présidentielle, 10 autres à l’opposition, 3 à la société civile et 2 à l’administration.

L’ADP et le Collectif qui doivent se réunir incessamment pour examiner la question s’étonnent que le représentant de l’UPG soit affecté dans les rangs de l’opposition, au détriment d’un de ses éléments qui est Thierno Saidou Bayo, du Parti socialiste (PS), dont le nom a été raillé de la liste des 25 nouveaux commissaires.

La publication de cette liste a aussi fait des mécontents dans les rangs du FDP (Front d’union pour la démocratie et le progrès), qui regroupe une dizaine de partis politiques se réclamant de l’opposition.

Mamadou Bah Baadikko, le coordinateur de ce Front parle de scandale et n’entend pas baisser les bras. Comme il l’a fait savoir dans la presse ce mardi.

Xinhua

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*