dimanche , 25 octobre 2020

Mohamed Lamine Fofana, ministre des Mines : « Nous avons aussi la certitude que nous pouvons compter sur l’engagement responsable et durable de Vale en Guinée »

COMMUNIQUE DU MINISTÈRE DES MINES — Conakry, 28 octobre 2012 – Alors que la Guinée accélère sa dynamique de renouveau économique, le gouvernement réitère sa détermination et sa pleine confiance en la réussite du projet de valorisation de Simandou, le premier gisement mondial non exploité de minerai de fer. « J’ai une confiance totale en la réussite de Simandou. C’est un gisement d’avenir, surtout d’avenir commun. Sa valorisation profitera à tous, aussi bien aux populations guinéennes qu’à nos partenaires industriels. La route est encore longue, mais nous nous approchons jour après jour un peu plus de sa mise en exploitation », a déclaré le Ministre des Mines Mohamed Lamine Fofana.

Avec ses principaux partenaires industriels Rio Tinto et Vale, premiers groupes mondiaux de l’extraction minière, la Guinée partage la volonté commune d’aller de l’avant, et de hisser Simandou en un puissant moteur de croissance aux bénéfices mutuels et réciproques.

« Les derniers résultats trimestriels de Vale, second leader minier mondial, n’ont absolument pas changé la confiance que nous plaçons en ce partenaire stratégique », a commenté M. Fofana. « Nous connaissons les enjeux et les défis inhérents à la baisse mondiale de la demande en minerai de fer. Mais nous avons aussi la certitude que nous pouvons compter sur l’engagement responsable et durable de Vale en Guinée ».

Outre les créations d’emplois et les revenus générés par l’exploitation du minerai, Simandou doit contribuer à la revitalisation de l’économie nationale et locale guinéenne. Les territoires locaux et régionaux situés à proximité du gisement ne sont pas les seuls concernés. La construction de la ligne de chemin de fer Transguinée, qui doit relier sur 670 kilomètres le sud-est à la côte, et toutes les infrastructures connexes comme les installations portuaires, doivent désenclaver la région forestière de la Guinée, et renforcer son intégration dans le tissu national et ouest-africain.

Notes

La Guinée a effectué en 2010 une transition démocratique historique mettant fin à 52 ans de régimes autoritaires et de mauvaises gouvernances.

Depuis son élection en 2010, le Président Alpha Condé a fait de la bonne gouvernance, de la transparence et de la lutte contre la corruption une priorité absolue pour sortir durablement la Guinée de la pauvreté et l’emmener sur la voie de l’émergence.

Sur le plan des ressources naturelles, l’une des premières réformes du régime démocratique a été l’adoption d’un nouveau code minier (septembre 2011), salué par la communauté internationale comme l’un des plus progressistes d’Afrique.

La mise en place d’un cadre légal et transparent, indispensable aux investissements, vise à normaliser et consolider le secteur minier. Dans ce cadre, le Comité technique de Revue des Titres et des Conventions miniers, organe autonome bénéficiant du soutien technique, légal et financier d’organisations et de spécialistes internationaux, effectue un processus de revue légal et transparent.

Signe de normalisation, la Guinée a rejoint en mars 2011 l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE), et applique ses standards internationaux de transparence.


Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*