mardi , 23 juillet 2019
Flash info

Massacre du 28 septembre: la Justice guinéenne souhaite aussi l’audition des leaders politiques

Les victimes du 28 septembre 2009 doivent mettre la pression sur les organisateurs de la manifestation de ce jour pour qu’ils soient entendus à leur tour par le pool de juges d’instruction, a déclaré vendredi Ibrahima Béavogui, porte-parole du ministère de la Justice et Garde des sceaux.

« Nous sommes d’accord que les victimes soient pressées, mais il faut qu’elles se battent aussi pour que les acteurs politiques viennent rencontrer les juges », a déclaré Béavogui à kaloumpresse.com au cours d’un entretien téléphonique.

L’AVIPA (Association des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009), l’OGDH et la FIDH ont félicité les autorités guinéennes pour « les avancées significatives » enregistrées dans le dossier, tout en invitant la justice guinéenne à faire « rapidement » la lumière sur ces faits.

« Nous souhaitons qu’un procès exemplaire ait lieu avant le 4è anniversaire, faute de quoi nous allons demander à la CPI de se saisir du dossier », a affirmé Asmaou Diallo, président de l’AVIPA.

Pour Béavogui la volonté du gouvernement de situer les responsabilités ne fait aucun défaut. Mais la reconstitution des faits pourrait prendre plus de temps de prévu d’autant que les opposants refusent d’être entendus et la justice guinéenne ne bénéficie que de 0,29% du budget national.


Mamady Fofana
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*