vendredi , 24 mai 2019

Massacre du 28 septembre 2009 : les victimes menacent de saisir la CPI dans un an

L’Association des victimes, parents et amis des évènements du 28 septembre 2009 a encouragé vendredi le gouvernement guinéen à faire toute la lumière avant le 4è anniversaire prévu en septembre 2013.

Au cours d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la commémoration de la répression qui a coûté la vie à plus de 150 morts, plusieurs centaines de blessés et disparus en 2009 selon les organismes de défense des droits humains, l’association a indiqué qu’elle attende toujours que justice soit faite et que les auteurs soient punis à la hauteur des crimes qu’ils ont commis.

‘’Trois ans après les évènements du stade du 28 septembre les victimes attendent toujours. Nous sommes en quête de justice’’, a déclaré Asmaou Diallo, présidente de l’association connue sous l’acronyme AVIPA. ‘’Beaucoup d’entre nous ont été entendus, mais nous souhaitons qu’un procès ait lieu et qu’il soit exemplaire avant le 4è anniversaire’’, a déclaré Mme Diallo, très émue. ‘’Toutes les victimes sont unies aujourd’hui pour demander que justice soit faite. Si justice n’est pas faite, on va demander à la CPI de se saisir du dossier’’, a-t-elle ajouté.

Selon la président de l’AVIPA la Cour Pénale Internationale pourra être saisie si les Guinéens commémorent le 4è anniversaire des crimes commis à Conakry sous le capitaine Moussa Dadis Camara sans que la justice guinéenne ne se soit prononcée. Elle a regretté par la même occasion la présence de certaines personnalités dans les rouages du pouvoir alors que leurs noms sont cités dans cette affaire.

 

Dans cette même logique, Florent GEEL, Responsable bureau Afrique de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme a invité les autorités guinéennes à poursuivre les investigations et à inculper les présumés responsables. ‘’Oui ! Des avancées ont été réalisées, mais elles sont insuffisantes’’, a déclaré Geel, faisant allusion à l’inculpation cette année du Lieutenant-colonel Moussa Tiégboro Camara et du Lieutenant Abdoulaye Chérif Diaby, respectivement chef de l’agence de lutte contre la drogue et les crimes organisés, et ministre de la Santé au moment des faits.

‘’250 victimes ont été entendues dans cette affaire. Six personnes aujourd’hui ont été  inculpées. Ce sont des avancées importantes. Mais elles ne sont pas suffisantes’’, a déclaré Geel, invitant la Guinée à faire toute la lumière afin de donner un sens au processus de réconciliation.

 

Note de la Rédaction: Photo : Me Christian Sow, ministre de la Justice

Mamady Fofana
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*